Un ex-député du gouvernement Ford se confie au commissaire à l’intégrité

TORONTO — Un ancien député progressiste-conservateur à Queen’s Park soutient qu’il a parlé au Bureau du commissaire à l’intégrité de ses inquiétudes sur le prétendu lobbyisme non enregistré des amis et conseillers du premier ministre Doug Ford.

Randy Hillier affirme avoir discuté de ces préoccupations avec M. Ford avant que les progressistes-conservateurs ne le chassent de leur caucus plus tôt ce mois-ci.

M. Hillier — qui est revenu à l’Assemblée législative de l’Ontario mardi pour la première fois depuis qu’il a été exclu — a déclaré qu’il ne pouvait pas discuter en détail des allégations, de peur de compromettre toute enquête éventuelle du commissaire à l’intégrité.

Il allègue également que le chef de cabinet — non élu — de M. Ford exerce une influence inappropriée sur les activités du gouvernement et limite la voix des élus.

Le gouvernement a nié les allégations de M. Hillier, les qualifiant de «mensonges», et a ajouté que le député avait été exclu du parti parce qu’il n’était pas un «joueur d’équipe».

Le bureau du commissaire à l’intégrité n’avait pas répondu à un message de La Presse canadienne au moment d’écrire ces lignes.

Les plus populaires