Un fabricant japonais devra verser 130 M$ pour un complot ayant touché le Canada

OTTAWA – Le fabricant japonais de pièces automobiles Nishikawa Rubber a convenu de plaider coupable et de payer une amende de 130 millions $ US pour avoir participé à un complot international de truquage des offres ayant eu des répercussions au Canada et aux États-Unis.

Assujettie à l’approbation des tribunaux aux États-Unis, cette entente résulte d’une collaboration sans précédent entre le Bureau de la concurrence du Canada et la section antitrust du département de la Justice des États-Unis.

Selon l’organisme canadien, cette amende «considérable» imposée à Nishikawa compensera les effets négatifs de son comportement au Canada et aux États-Unis.

Le fabricant japonais a reconnu avoir fait de la collusion avec d’autres fournisseurs pour truquer les offres sur la vente de matériaux d’étanchéité de carrosserie.

Les matériaux d’étanchéité ont été vendus à des constructeurs aux États-Unis pour des automobiles fabriquées sur ce territoire, et pour des automobiles fabriquées au Canada par Toyota et Honda ayant été par la suite envoyées aux États-Unis pour être vendues.

La division antitrust avait inclus dans son évaluation de l’amende proposée les 236 millions $ US provenant de la vente de matériaux à Toyota et à Honda au Canada.