Un glissement de terrain dans un camping de la Malaisie fait 18 morts

BATANG KALI, Malaisie — Un glissement de terre et de débris a tué 18 personnes dans un terrain de camping en Malaisie vendredi. Les sauveteurs ont creusé dans le sol dans l’espoir de rescaper 15 autres personnes qui pourraient être ensevelies. 

Plus de 90 personnes dormaient dans une ferme biologique lorsque s’est produit le glissement de terrain sur une hauteur estimée à 30 mètres, et qui a couvert une superficie d’environ trois acres, soit près de trois terrains de football.

Les autorités ont déclaré aux médias locaux que les propriétaires fonciers n’avaient pas de permis pour gérer un terrain de camping. Au moins sept personnes ont été hospitalisées et des dizaines d’autres ont été sauvées indemnes, a indiqué le chef de la police du district, Suffian Abdullah.

Deux des corps retrouvés «se serraient dans les bras», et il s’agirait d’une mère et de sa fille, a mentionné un chef pompier.

Certaines familles avec de jeunes enfants qui ont été secourues se sont réfugiées dans un poste de police voisin. Les accès aux routes menant à la zone ont été bloqués.

Leong Jim Meng a raconté au quotidien anglophone New Straits Times que lui et sa famille avaient été réveillés par une forte détonation et avaient senti la terre bouger au camping de Batang Kali, à environ 50 kilomètres au nord de la capitale Kuala Lumpur.

Il a dit que c’était surprenant, car il n’y a pas eu de fortes pluies ces derniers jours, seulement de légères bruines.

C’est actuellement la saison des pluies de mousson en Malaisie. Le ministre du développement du pays au gouvernement, Nga Kor Ming, a annoncé que tous les campings du pays situés à proximité des rivières, des cascades et des collines seraient fermés pendant une semaine pour évaluer leur sécurité.

Environ 450 000 mètres cubes de débris – assez pour remplir 180 piscines olympiques – ont frappé le camping, a déclaré Nik Nazmi Nik Ahmad, ministre des Ressources naturelles, de l’Environnement et du Changement climatique, aux médias locaux.

Le premier ministre Anwar Ibrahim devrait visiter le site vendredi soir.

Le ministre du développement, Nga Kor Ming, a affirmé aux médias locaux que le camping fonctionnait illégalement depuis deux ans. L’opérateur a l’approbation du gouvernement pour gérer une ferme biologique, mais n’a pas de permis pour les activités de camping, a-t-il précisé.

S’il est reconnu coupable, l’exploitant du camp pourrait encourir jusqu’à trois ans de prison et une amende, a prévenu le politicien. 

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.