Un groupe lance une action en justice pour l’accès à l’avortement au N.-B.

FREDERICTON — Un groupe national de défense des libertés civiles a déposé un avis juridique dans la première étape d’une poursuite contre le Nouveau-Brunswick pour un accès insuffisant à l’avortement.

L’Association canadienne des libertés civiles a envoyé une lettre et une déclaration au procureur général de la province.

Michael Bryant, le directeur général du groupe, dit vouloir que la province abroge sa réglementation sur l’avortement et offre un accès plus large à la procédure.

Le Nouveau-Brunswick fournit les services pour un avortement dans trois hôpitaux, mais ne couvre pas le coût de la procédure si elle est pratiquée dans une clinique privée.

La Clinique 554 de Fredericton — l’ancienne clinique Morgentaler — a annoncé qu’elle fermait ses portes parce que la province ne couvrait pas les avortements réalisés hors des centres hospitaliers.

La lettre à la province indique que la loi actuelle du Nouveau-Brunswick est discriminatoire parce qu’elle refuse aux femmes, aux filles et aux transgenres un accès équitable aux services d’avortement.

Laisser un commentaire