Un groupe veut créer un lieu sûr pour l’abandon de nouveaux-nés en Saskatchewan

SASKATOON — La découverte d’un bébé mort dans un bac de recyclage à Saskatoon a incité un organisme à but non lucratif à mettre de l’avant son plan visant à créer un lieu sûr pour les femmes qui souhaitent anonymement abandonner un nouveau-né.

Katelyn Roberts est directrice générale de Sanctum Care Group, qui exploite un foyer pour femmes enceintes séropositives ou susceptibles de se faire retirer la garde de leur bébé en raison de problèmes de dépendance ou d’itinérance.

En septembre, l’organisation a annoncé son intention d’offrir un espace privé où les femmes pourraient laisser leurs bébés sans devoir fournir une pièce d’identité.

Mme Roberts dit que le ministère des Services sociaux de la Saskatchewan n’a pas appuyé l’initiative et a demandé de la suspendre pour examiner si le service était nécessaire dans la ville.

Sanctum Care attend toujours la décision, mais à la lumière de la découverte de la semaine dernière, l’organisation estime qu’il est temps d’agir par elle-même, a indiqué Mme Roberts. Elle espère que le ministère l’appuiera.

La police a dit croire que l’enfant abandonné était un nouveau-né et les enquêteurs recherchent la mère, qui pourrait être vulnérable sur le plan physique et émotionnel.

Mme Roberts a dit que Sanctum Care travaillait d’arrache-pied pour que le service soit disponible d’ici l’année prochaine. Une femme pourrait placer un bébé dans un berceau situé derrière une porte, qui se verrouillerait une fois fermée. Une alarme alerterait le personnel de la présence d’un bébé.

Le bébé serait évalué dans un hôpital et les services à la famille seraient avisés, a déclaré Mme Roberts.

Au Canada, le fait d’abandonner des enfants d’une manière qui les expose à un risque de blessure ou met leur vie en danger est considéré comme un crime.