Un homme a plaidé coupable d’avoir fait des menaces envers le PDG d’Hydro-Québec

MONTRÉAL — Un homme a plaidé coupable vendredi matin d’avoir fait des menaces au grand patron d’Hydro-Québec, Éric Martel. Il a laissé des messages dans lesquels il disait que s’il trouvait son chalet, il allait lui «couper le courant».

Jacques Trépanier s’est présenté devant la juge Julie Riendeau, de la Cour du Québec, au palais de justice de Montréal, et a enregistré son plaidoyer de culpabilité.

Un rapport pré-sentenciel sera réalisé à la demande de l’avocat de M. Trépanier, Michael Morena, notamment sur son état de santé.

L’homme de 66 ans avait été accusé d’avoir proféré des menaces visant à détruire ou endommager des biens.

Selon Me Morena, son client n’a pas fait de vandalisme. Il a plutôt laissé des messages sur une boîte vocale dans lesquels il indiquait vouloir couper l’alimentation en électricité du chalet de M. Martel, s’il trouvait où il est situé. À noter que rien de ce qui a été dit devant la juge vendredi matin ne permet d’établir si M. Martel possède un chalet.

M. Trépanier aurait fait ces appels car il trouvait injuste comment Hydro-Québec se comportait avec des clients et s’était senti personnellement interpellé par certaines nouvelles rapportées dans les médias, a indiqué Me Morena.

Il est ressorti du dossier de la poursuite que l’homme avait fait des appels harcelants à une autre société d’État dans le passé, une accusation pour laquelle il avait reçu une absolution.

Jacques Trépanier devra se présenter à nouveau en cour le 28 janvier.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie