Un homme abattu par balle en pleine rue dans le secteur Laval-des-Rapides

LAVAL, Qc — Un nouvel épisode de violence par arme à feu s’est déroulé mercredi soir, cette fois à Laval. Un homme qui se trouvait sur le boulevard Clermont, dans le secteur de Laval-des-Rapides, a été abattu d’au moins un projectile.

Selon les premières informations disponibles, le Service de police de Laval (SPL) rapporte avoir reçu des appels d’urgence vers 21h30 pour des coups de feu entendus dans le secteur du boulevard Clermont.

À l’arrivée des patrouilleurs, ceux-ci ont constaté le décès de la victime sur les lieux du drame. La porte-parole du SPL, Stéphanie Beshara, a indiqué n’avoir que très peu de détails au sujet de la victime dont l’âge n’a pas été dévoilé.

Un périmètre sécurisé a été érigé dans le secteur et des enquêteurs ont été dépêchés sur les lieux. Un maître-chien doit se joindre à l’opération et les témoins potentiels dans le secteur doivent être rencontrés.

La veillle, mardi, deux hommes ont été tués par balles lors de deux fusillades survenues dans un intervalle d’environ une heure dans le nord de Montréal. Ces deux incidents se sont produits dans les secteurs de Saint-Laurent et d’Ahuntsic, situés à quelques kilomètres à peine de Laval-des-Rapides.

Stéphanie Beshara souligne qu’il est beaucoup trop tôt pour établir un quelconque lien entre ces fusillades. «C’est l’enquête qui va le dire, mais j’imagine que ça va être étudié», a-t-elle mentionné.

Aucune arrestation n’a encore été effectuée dans ces deux récents meurtres et aucun suspect n’a été identifié non plus pour le moment dans l’affaire de Laval.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.

L’homme qui en a tué trois en vingt-quatre heures, en était un aux prises avec de graves problèmes de santé mentale. Or, l’une de ses trois victimes se trouvait être… un agent d’intervention en santé mentale… Est-il nécessaire d’en « ‘rajouter’ », i.e. est-il nécessaire d’ajouter qu’il y aurait certes à quelque chose à faire (différemment?), afin que cesse ou ‘diminue’ significativement au moins l’avènement de ce genre d’événement des plus dramatiques ?

Répondre