Un homme accusé à Montréal de s’être prétendu consultant en immigration

MONTRÉAL — L’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) affirme qu’un homme a été accusé d’avoir agi à titre de consultant en immigration sans y avoir été autorisé et d’avoir encouragé des demandeurs d’asile à faire de fausses déclarations.

François Teasdale a comparu en cour, lundi, à Montréal, après avoir été initialement accusé le 5 décembre en vertu de la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés.

Selon l’ASFC, M. Teasdale aurait fourni des conseils rémunérés en matière d’immigration sans y avoir été autorisé entre le 19 août 2015 et le 16 novembre 2017. Il aurait également sciemment conseillé à des personnes de faire de fausses déclarations à la Section de la protection des réfugiés de la Commission de l’immigration et du statut de réfugié du Canada.

Le porte-parole de l’ASFC, Dominique McNeely, n’a pas souhaité commenter la portée de l’enquête, mais il a déclaré qu’il semble que plusieurs demandeurs d’asile aient pu donner suite aux conseils de M. Teasdale.

Au Canada, toute personne qui agit en tant que «consultant en immigration» doit être certifiée par le Conseil de réglementation des consultants en immigration du Canada. Les avocats et les notaires qui s’occupent d’immigration sont déjà certifiés en adhérant à leur ordre professionnel respectif.

Le dossier de M. Teasdale reviendra devant le tribunal en mars.