L’homme armé qui a tenté d’entrer dans un bureau du FBI à Cincinnati a été abattu

CINCINNATI — L’homme armé qui s’est présenté jeudi à l’entrée des visiteurs du bureau du FBI de Cincinnati, en Ohio, a été abattu par des policiers au terme d’une chasse à l’homme qui a duré des heures dans une partie plus rurale de l’État.

L’affrontement est survenu au même moment où les autorités signalaient une hausse du nombre de menaces liées à la perquisition de la résidence de Mar-a-Lago, en Floride, de l’ex-président Donald Trump.

Selon des sources qui se sont confiées sous le couvert de l’anonymat, le suspect aurait été présent à Washington dans les jours précédents l’attaque sur le Capitole du 6 janvier 2021.

Les autorités ont indiqué que l’homme se nommait Ricky Shiffer et qu’il était âgé de 42 ans. Il n’a été accusé d’aucun crime en lien avec l’attaque du Capitole, selon les forces policières, mais l’enquête est en cours afin de déterminer s’il était lié avec des groupes d’extrême droite.

Shiffer a «tenté de pénétrer» dans la zone de contrôle des visiteurs du bureau du FBI vers 9 h 15 et s’est enfui lorsque les agents l’ont confronté, selon le récit de l’incident dressé par les autorités fédérales. 

Après s’être enfui, le suspect a été pris en chasse par des agents fédéraux sur l’autoroute 71, qui relie notamment l’Ohio au Kentucky. Le tronçon routier a été fermé dans les deux directions pendant l’opération.

Le suspect qui portait une veste pare-balle a par la suite échangé des coups de feu avec les policiers.

L’homme a finalement été abattu lorsqu’il a pointé son arme en direction d’un policier vers 15 h 45, jeudi. Les autorités ont mentionné qu’avant de tuer le suspect, ils ont tenté de négocier avec lui. Selon leur version, il n’a pas non plus été possible d’utiliser des armes non létales.

Les autorités ont bouclé un périmètre d’un rayon d’environ 1,5 km autour du tronçon d’autoroute en question et ont ordonné aux résidents et aux commerçants du secteur de se confiner à l’intérieur.

Une équipe de techniciens en identité judiciaire a été dépêchée dans les locaux du FBI à Cincinnati pour lancer l’enquête, selon ce qu’ont rapporté plusieurs médias.

Cet épisode violent survient au lendemain de la mise en garde formulée par le directeur du FBI au sujet de nombreuses menaces circulant en ligne contre des agents fédéraux ainsi que le département américain de la Justice en raison de la perquisition menée à la villa de l’ancien président Trump.

«La violence contre les forces de l’ordre n’est pas une solution, peu importe la raison de votre colère», a déclaré le directeur Christopher Way mercredi depuis Omaha.

Sur le réseau social Gab, très populaire au sein des extrémistes suprémacistes blancs et antisémites, des utilisateurs ont déclaré se préparer pour une révolution armée.

Des responsables fédéraux disent aussi avoir retrouvé une série d’échanges sur Gab et d’autres plateformes, où des menaces violentes sont formulées contre des agents du FBI.

Dans sa mise en garde, le directeur de la police fédérale a appelé ses agents à éviter les manifestants et à s’assurer que leur carte de sécurité ne soit pas visible à leur sortie du bureau. Il a également invité le personnel à faire preuve de vigilance et à se méfier de la présence de possibles manifestants.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.