Un homme de Granby accusé d’encouragement au génocide dans les médias sociaux

GRANBY, Qc — Un Granbyen de 38 ans qui aurait incité à la haine en publiant des messages racistes et homophobes dans les médias sociaux a comparu, mardi, après avoir été arrêté la veille par la police de Granby.

Valentin Auclair est accusé de deux chefs d’incitation à la haine contre un groupe identifiable et d’un chef d’avoir préconisé le génocide.

Les faits reprochés se seraient produits entre le 30 juillet 2019 et le 10 août 2019, et entre le 4 novembre 2019 et le 5 janvier 2020.

Un juge a ordonné une évaluation psychiatrique pour déterminer si Valentin Auclair est apte à subir un procès. Il devra revenir devant le tribunal lundi pour la suite des procédures.

La procureure de la Couronne, Laurence Bélanger, a affirmé que l’accusation d’avoir préconisé le génocide était relativement rare.

«De mon côté, c’est la première fois (que la vois)», a affirmé Me Bélanger lors d’un point de presse suivant la comparution de l’accusé.

Le Service de police de Granby a ouvert une enquête après avoir reçu dimanche une plainte d’un Montréalais concernant les messages d’un homme sur un site russe de médias sociaux, a indiqué la porte-parole Caroline Garand mardi.

Le professeur de philosophie Xavier Camus, qui est très actif dans les médias sociaux, a été le premier à dénoncer sur son blogue les publications controversées.

Le quotidien «La Voix de l’Est» a repris la nouvelle lundi. Le soir même, le suspect a été arrêté à son domicile de Granby.

Selon Mme Garand, le suspect n’était pas connu des policiers.

Les publications en question auraient visé les musulmans, les juifs, les Noirs et les homosexuels et comprendraient plusieurs messages suprémacistes.

L’accusation d’avoir préconisé le génocide peut entraîner une peine maximale de cinq ans de prison, tandis que l’incitation à la haine est passible d’une peine de deux ans.