Un homme ouvre le feu dans club gai de Colorado Springs: 5 morts et 18 blessés

COLORADO SPRINGS, Colo. — Un homme armé a ouvert le feu dans une boîte de nuit gai de Colorado Springs, dans la nuit de samedi à dimanche, tuant au moins cinq personnes et en blessant 18 autres. Cette plus récente attaque survient dans un contexte où une rhétorique contre les personnes LGBTQ de la part d’extrémistes semble avoir pris de l’ampleur dans la dernière année aux États-Unis.

La lieutenante Pamela Castro du département de police de Colorado Springs a indiqué que les policiers ont été avisés des coups de feu tirés au Club Q peu avant minuit, soit à 23 h 57 samedi.

Mme Castro a précisé qu’un suspect a été blessé et qu’il recevait des soins. Il n’était pas clair dans l’immédiat s’il a été atteint par des coups de feu tirés par des agents. Elle a affirmé que la police fédérale américaine, le FBI, était sur les lieux pour collaborer à l’enquête.

Le Club Q est une boîte de nuit fréquentée par des personnes gaies et lesbiennes qui présente notamment des spectacles de Draq Queen. Le «Drag Diva Drag Show» était notamment à l’horaire samedi, selon son site web.

«Le club Q est dévasté par l’attaque insensée contre notre communauté», indique une déclaration publiée sur sa page Facebook dimanche, où on exprime une pensée particulière pour les victimes et leurs familles.

«Nous remercions les réactions rapides de clients héroïques qui ont maîtrisé le tireur et mis fin à cette attaque haineuse», souligne-t-on.

Le motif de la fusillade n’était pas encore connu, mais il a ravivé les souvenirs du massacre de 2016 à la discothèque Pulse à Orlando, en Floride, où 49 personnes ont été tuées. Cette nouvelle tuerie par arme à feu s’est produite dans un État qui a connu plusieurs meurtres de masse au fil des ans, y compris à l’école secondaire Columbine en 1999, dans un cinéma dans une banlieue de Denver en 2012 et dans un supermarché de Boulder l’année dernière.

En juin dernier, 31 membres du groupe néonazi Patriot Front ont été arrêtés à Coeur d’Alene, dans l’Idaho, et accusés de complot en vue d’une émeute lors d’un événement de la Fierté. Les experts ont averti que les groupes extrémistes pourraient voir la rhétorique contre l’homosexualité comme un appel à l’action.

Le mois précédent, un pasteur fondamentaliste de l’Idaho a dit à sa petite congrégation de Boise que les gais, lesbiennes et transgenres devraient être exécutés par le gouvernement, s’alignant ainsi à des sermons similaires d’un pasteur fondamentaliste du Texas.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.