Un hôpital catholique de la Nouvelle-Écosse offrira l’aide médicale à mourir

HALIFAX — L’autorité qui administre les hôpitaux de la Nouvelle-Écosse a modifié discrètement sa politique afin de permettre aux patients d’avoir accès à l’aide médicale à mourir dans un hôpital catholique qui était auparavant exempté d’offrir ce service.

Dans une brève déclaration envoyée par courriel, la Régie de la santé de la Nouvelle-Écosse indique que la politique a été modifiée le mois dernier en ce qui concerne l’hôpital régional St. Martha’s, à Antigonish, qui était auparavant géré par les Soeurs de Sainte-Marthe.

L’hôpital avait été exempté en vertu d’un accord conclu en 1996 avec l’ordre catholique, qui donnait le contrôle de l’établissement à la province.

Tim Guest, vice-président des services de santé de la Régie de la santé, a déclaré que les évaluations et l’aide médicale à mourir pratiquées en vertu de la législation fédérale seraient offertes dans une section du complexe hospitalier au Antigonish Health and Wellness Centre.

M. Guest a ajouté que cet arrangement respectait l’accord de 1996 et la «philosophie, la mission et les valeurs de St. Martha’s», tout en respectant l’obligation imposée par la loi de veiller à ce que des services d’aide médicale à mourir soient disponibles pour les patients qui en font la demande et répondent aux critères d’accès.

Jocelyn Downie, professeure spécialisée en droit de la santé à l’Université Dalhousie, affirme que cette mesure évite ce qui aurait été un litige juridique «assuré» au sujet d’une exemption accordée à une institution financée par des fonds publics. Elle estime que cette décision sera examinée par d’autres provinces dans lesquelles se trouvent des hôpitaux confessionnels.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

Commentaires
Laisser un commentaire