Un hôpital est rappelé à l’ordre par la Protectrice du citoyen après une plainte

MONTRÉAL — Un hôpital s’est fait rappeler à l’ordre par la Protectrice du citoyen car l’une de ses infirmières a donné à une patiente un médicament qu’elle avait pourtant refusé la veille, lui causant de lourds effets secondaires.

La dame en question avait avisé une infirmière qu’elle refusait d’avaler l’un des médicaments qui lui avaient été prescrits. Celle-ci respecte sa décision et inscrit une note à son dossier.

Le jour suivant, un autre membre du personnel remet les pilules à la patiente, qui suppose qu’il a lu la note à son dossier et ne lui donne que les comprimés qu’elle a accepté de prendre. Elle les avale donc tous, incluant le médicament refusé la veille.

Quelques minutes plus tard, la femme dit ressentir de lourds effets secondaires.

Elle porte plainte à la Protectrice du citoyen qui entame une enquête.

D’abord, la Protectrice constate que la prescription du médicament n’avait pas été annulée par le médecin au moment de l’incident. C’est pourquoi il se trouvait encore sur la liste des comprimés à lui donner.

Elle relève alors deux lacunes: d’abord, le membre du personnel infirmier en cause n’a pas lu la note de sa collègue mise au dossier de la patiente. Puis, il n’a pas non plus décrit les médicaments au moment de les lui remettre.

«Il s’agit pourtant de la marche à suivre. Si la patiente avait été bien informée, elle aurait pu refuser de nouveau le comprimé», est-il écrit dans le bref rapport d’enquête, qui, comme à l’habitude, n’identifie pas ceux qui portent plainte.  

La Protectrice du citoyen a recommandé à l’hôpital d’améliorer ses façons de faire afin que l’information circule mieux entre les membres de son personnel infirmier. L’hôpital a accepté la recommandation, rapporte la Protectrice, et a aussi rappelé à son personnel l’importance de décrire les médicaments donnés aux patients.

La Protectrice du citoyen dit avoir pour mission d’assurer le respect des droits des citoyens dans leurs relations avec les services publics.