Un hôpital ukrainien bombardé; un bébé de deux jours tué

KYIV, Ukraine — La Russie a de nouveau pilonné le réseau électrique délabré de l’Ukraine avec de multiples frappes mercredi, une succession de régions signalant des pannes de courant ― de l’est à l’ouest ― et les autorités de la capitale, Kyiv, affirmant que trois personnes ont été tuées dans une frappe qui a touché un bâtiment de deux étages.

Le barrage renouvelé a aggravé les difficultés d’un pays déjà aux prises avec des frappes répétées sur son réseau électrique. La Russie a pilonné le réseau électrique et d’autres installations avec des missiles et des drones explosifs depuis des semaines, visant apparemment à transformer le froid et l’obscurité de l’hiver en une arme.

Les échos tonitruants de ce qui ressemblait à des explosions répétées ont secoué la capitale après que des sirènes de raid aérien aient retenti dans la ville et ailleurs en Ukraine. Le maire Vitali Klitschko a déclaré sur Telegram que «l’une des infrastructures de la capitale a été touchée». L’administration municipale a précisé qu’une personne avait été blessée.

M. Klitschko a ajouté qu’il y avait plus d’explosions dans d’autres quartiers, mais n’a pas donné plus de détails et a indiqué que «certains quartiers de Kyiv» manquaient d’électricité. Le gouverneur régional de Kyiv, Oleksii Kuleba, a dit que des frappes avaient été signalées dans les environs de la capitale et que des zones résidentielles et des infrastructures essentielles avaient été touchées.

Dans la ville de Lviv, dans l’ouest du pays, le maire a aussi exhorté les gens à se mettre à l’abri, évoquant apparemment des frappes là-bas également. Dans un message sur Telegram, le maire a déclaré que toute la ville avait perdu le courant.

Il n’y avait aucune autre information sur combien de cibles avaient été touchées.

Les dernières explosions sont survenues quelques heures après que les autorités ukrainiennes aient indiqué qu’une attaque à la roquette avait détruit la maternité d’un hôpital dans le sud de l’Ukraine, tuant un bébé de deux jours.

Suite à la frappe nocturne à Vilniansk, près de la ville de Zaporijjia, la mère du bébé et un médecin ont été tirés vivants des décombres.

Le gouverneur de la région a assuré que les roquettes étaient russes. La frappe s’ajoute au bilan horrible subi par les hôpitaux et autres établissements médicaux ― ainsi que leurs patients et leur personnel ― lors de l’invasion russe qui entrera dans son dixième mois cette semaine.

Ils ont été dans la ligne de tir depuis le début, y compris une frappe aérienne le 9 mars qui a détruit une maternité dans la ville portuaire désormais occupée de Marioupol.

«Cette nuit, des monstres russes ont lancé d’énormes roquettes sur la petite maternité de l’hôpital de Vilniansk. Le chagrin submerge nos cœurs ― un bébé a été tué alors qu’il venait de voir la lumière du jour. Les secouristes travaillent sur le site», a déclaré le gouverneur régional, Oleksandr Starukh, sur l’application de messagerie Telegram.

La première dame Olena Zelenska a écrit sur Twitter qu’un garçon de deux jours est mort dans la frappe et a exprimé ses condoléances. «Des douleurs horribles. Nous n’oublierons jamais et ne pardonnerons jamais», a-t-elle déclaré.

Des photos publiées par le gouverneur montraient une épaisse fumée s’élevant au-dessus de monticules de gravats, fouillés par des secouristes sur fond de ciel nocturne sombre.

Vilniansk se trouve au nord de la région de Zaporijjia, sous contrôle ukrainien, et à environ 500 kilomètres au sud-est de la capitale ukrainienne, Kyiv.

La situation est encore pire dans la ville méridionale de Kherson, dont la Russie s’est retirée il y a près de deux semaines après des mois d’occupation, coupant les conduites d’électricité et d’eau.

De nombreux médecins de la ville travaillent dans le noir, incapables d’utiliser les ascenseurs pour transporter les patients au bloc opératoire, et fonctionnent avec des lampes frontales, des téléphones portables et des lampes de poche. Dans certains hôpitaux, les équipements clés ne fonctionnent plus.

«Les appareils respiratoires ne fonctionnent pas, les appareils à rayons X ne fonctionnent pas… Il n’y a qu’un seul appareil à ultrasons portable et nous le transportons constamment», a expliqué Volodymyr Malishchuk, le chef de la chirurgie dans un hôpital pour enfants de la ville.

Mardi, après que des frappes sur Kherson aient grièvement blessé Artur Voblikov, 13 ans, une équipe de personnel de santé a soigneusement manœuvré le garçon sous sédation pendant six étages d’un escalier étroit menant à une salle d’opération pour lui amputer le bras gauche.

Le docteur Malischchuk a dit que trois enfants blessés par les frappes russes sont venus à l’hôpital cette semaine, soit la moitié du nombre qui avait été admis auparavant au cours des neuf mois écoulés depuis le début de l’invasion. Ramassant un éclat d’obus trouvé dans l’estomac d’un garçon de 14 ans, il a indiqué que des enfants arrivaient avec de graves blessures à la tête et des organes internes rompus.

Dans la ville de Kupiansk, dans le nord-est du pays, deux civils ont été tués et deux autres blessés par des bombardements russes mercredi matin, a indiqué un responsable régional.

Un immeuble résidentiel de neuf étages et une clinique ont été endommagés, et une femme de 55 ans et un homme de 68 ans sont morts, a déclaré le gouverneur de Kharkiv Oleh Syniehubov sur Telegram.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.