Un incendie fait 13 morts, dont 7 enfants, à Philadelphie

PHILADELPHIE — Treize personnes, dont sept enfants, sont décédées mercredi matin dans un incendie qui a ravagé une maison à deux logements, dans la ville américaine de Philadelphie.

Deux autres personnes ont été hospitalisées.

Les pompiers ont prévenu que le nombre de victimes pourrait augmenter au fur et à mesure que les recherches continuent, comme 26 personnes vivaient dans le bâtiment.

La cause de l’incendie n’est pas encore connue, mais les responsables, secoués par la tragédie, ont juré de se rendre au fond des choses. Il s’agirait de l’incendie le plus meurtrier de la ville depuis au moins un siècle.

Les responsables de la ville et les pompiers n’ont pas divulgué les noms ou l’âge des personnes tuées dans l’incendie, qui a commencé avant 6h30.

«C’était terrible. Je suis là depuis 35 ans et c’est probablement l’un des pires incendies auxquels j’ai assisté», a témoigné Craig Murphy, premier commissaire adjoint aux incendies, lors d’une conférence de presse près des lieux, plus tard dans la matinée.

«Perdre autant d’enfants est tout simplement dévastateur, a déclaré le maire, Jim Kenney. Pensez à ces bébés dans vos prières.»

Les premiers répondants sont arrivés sur les lieux vers 6h40 et ont vu des flammes jaillir des fenêtres avant du deuxième étage de la maison, dans une pièce que l’on croit être une cuisine, a raconté M. Murphy. La configuration étrange de la maison, qui avait été divisée en deux appartements, rendait la navigation difficile, a-t-il expliqué, mais les équipes ont pu maîtriser le feu en moins d’une heure.

Il y avait 18 personnes dans l’appartement du haut, aux premier et deuxième étages, et huit dans l’appartement du bas, qui comprenait le rez-de-chaussée et une partie du premier étage, a-t-il affirmé.

Les quatre détecteurs de fumée de la maison, qui était un logement social, ne semblent pas avoir fonctionné, ont déclaré les pompiers. Les alarmes avaient pourtant été inspectées chaque année et au moins deux avaient été remplacées en 2020, ont déclaré des responsables de la Philadelphia Housing Authority.

«Je connaissais certains de ces enfants – je les voyais jouer au coin de la rue», a dit Dannie McGuire, 34 ans, retenant ses larmes alors qu’elle et Martin Burgert, 35 ans, se tenaient devant la porte d’une maison au coin de la rue. Ils y vivaient depuis une décennie, a-t-elle ajouté, «et certains de ces enfants ont vécu ici aussi longtemps que nous».

«Je ne comprends pas pourquoi plus de gens n’ont pas pu sortir en sautant par la fenêtre», s’est-elle désolée.

«Ça fend le cœur», a déclaré Andrea Duszenczuk, 68 ans, dont la famille possède depuis longtemps une maison dans le quartier et qui promène régulièrement son chien devant la bâtisse incendiée. «Beaucoup de ces maisons ont de vieux câblages – celles-ci ont probablement 125 ans. Qui sait ce qu’il y a derrière les murs?»

Sur des chaînes de nouvelles, des images montraient des échelles appuyées contre la façade noircie par la fumée, avec toutes les fenêtres manquantes.