Un incendie tue 13 enfants dans un orphelinat en Haïti

PORT-AU-PRINCE, Haïti — Un incendie a ravagé un orphelinat en Haïti, en fin de soirée jeudi, tuant 13 enfants selon ce qu’ont rapporté des travailleurs de la santé.

Rose-Marie Louis, qui travaillait auprès des enfants de l’établissement, a déclaré à l’Associated Press qu’elle avait vu les corps de 13 enfants être transportés hors de l’Orphelinat de la «Church of Bible Understanding». Un organisme à but non lucratif établi en Pennsylvanie.

L’établissement qui a été la proie des flammes se trouve dans la région de Kenscoff, en périphérie de Port-au-Prince.

Marie-Sonia Chery, infirmière à l’Hôpital de la Mission baptiste, situé tout près, a confirmé que 13 enfants ont péri dans le sinistre.

D’après le témoignage de Rose-Marie Louis, le brasier aurait pris naissance vers 21 h 00, jeudi soir, mais les pompiers seraient arrivés sur place 1h30 plus tard. Elle a précisé que parmi les victimes, on compte sept bébés et six jeunes âgés d’environ 10 à 11 ans.

Elle explique que l’orphelinat utilisait des chandelles pour s’éclairer en raison de problèmes avec sa génératrice et son convertisseur de courant.

Les premiers répondants sont arrivés sur les lieux à motocyclette et n’avaient ni bouteilles d’oxygène ni ambulances pour transporter les enfants vers l’hôpital, a décrit un responsable de la sécurité civile Jean-François Robenty.

«Ils auraient pu être sauvés, a-t-il déclaré. On n’avait pas l’équipement pour les sauver.»

Jean-François Robenty a ajouté que les corps de deux autres enfants pourraient se trouver dans les décombres, selon ce que croient les responsables de l’orphelinat. Des travailleurs des services d’urgence continuent de fouiller les lieux.

L’Associated Press a déjà rapporté une longue liste de problèmes liés à deux orphelinats administrés par la «Church of Bible Understanding». Cette organisation avait perdu son accréditation à la suite de nombreuses inspections dénonçant la surpopulation, les conditions insalubres des lieux et le manque de personnel adéquatement formé.

Un membre de l’Église, qui s’identifie par le prénom «Jim», a répondu à l’appel téléphonique d’AP, mais a demandé d’adresser toutes les questions au sujet du drame à leur avocat en Haïti. Il a cependant refusé de l’identifier.

Les plus populaires