Des travaux de soudure auraient déclenché l’incendie mortel dans une usine chinoise

PÉKIN, Chine — Des étincelles provenant de travaux de soudure semblent être à l’origine de l’incendie qui a tué 38 personnes dans une entreprise vendant des produits chimiques et d’autres biens industriels dans la province du Henan, dans le centre de la Chine, selon les enquêteurs.

Deux autres personnes ont été blessées dans l’incendie qui a ravagé le bâtiment de la ville d’Anyang en fin d’après-midi lundi. Il a fallu environ plus de trois heures aux pompiers pour maîtriser les flammes, a indiqué le gouvernement du district de Wenfang.

Un ou plusieurs soudeurs travaillant en violation des règles de sécurité semblent avoir produit des étincelles qui ont enflammé le tissu en coton dans l’usine, selon des responsables cités par l’agence de presse officielle Xinhua. L’enquête était en cours. Des responsables de l’entreprise et des responsables du gouvernement local sont interrogés.

La Chine a une histoire d’accidents industriels causés par un manque de respect des mesures de sécurité alimenté par une concurrence croissante et encouragé par la corruption parmi les fonctionnaires.

Sur le Web, il est indiqué que la société Kaixind vend une large gamme de produits industriels, y compris des produits chimiques.

Des séquences vidéo sur la chaîne de télévision publique CCTV ont montré des flammes et de la fumée s’échappant de ce qui apparaît comme un bâtiment de deux étages. Plus de 250 pompiers et secouristes ont été déployés, selon un communiqué.

La province de Henan, densément peuplée et économiquement vitale, a récemment connu un certain nombre d’incidents mortels qui ont conduit à l’arrestation de responsables locaux.

Cinq ont été arrêtés après l’effondrement d’un immeuble tuant 53 personnes en périphérie de la capitale provinciale Changsha en avril.

Le gouvernement central a promis des mesures plus strictes depuis qu’une explosion massive en 2015 dans un entrepôt de produits chimiques dans la ville portuaire de Tianjin, dans le nord du pays, a tué 173 personnes, pour la plupart des pompiers et des policiers. Il a été découvert que les produits chimiques étaient faussement enregistrés et entreposés, les autorités locales étant complices d’avoir fermé les yeux sur un danger potentiel.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.