Un militaire de Saint-Hubert accusé d’agression sexuelle

OTTAWA – Un caporal de l’Aviation royale canadienne à la base de Saint-Hubert est accusé d’avoir agressé sexuellement «un autre militaire», l’été dernier.

Le Service national des enquêtes des Forces canadiennes a indiqué mardi que le caporal Frédéric Richer, du 438e Escadron tactique d’hélicoptères, à Longueuil, est accusé d’avoir agressé sexuellement un autre militaire à la Station des Forces canadiennes Alert, au Nunavut.

L’accusé avait été déployé dans le Grand Nord en juin 2016 au sein d’une équipe de maintenance technique d’hélicoptères.

Le caporal Richer fait face à un chef d’accusation d’agression sexuelle en vertu du Code criminel, mais ce chef est punissable aux termes de la Loi sur la Défense nationale, précise le Service national des enquêtes.

L’affaire suit maintenant son cours conformément au système de justice militaire et pourrait être présentée devant une cour martiale, a indiqué le service.