Un mouvement «acheter canadien» se dessine sur les médias sociaux

La contrepartie de cette poussée de patriotisme, «acheter américain», pourrait avoir un impact négatif sur les entreprises canadiennes qui font du commerce aux États-Unis.

Photo : Pixabay

Au beau milieu d’un bras de fer commercial entre le Canada et les États-Unis, des utilisateurs de médias sociaux se sont engagés à «acheter canadien», par le biais du mot-clic #BuyCanadian. Mais des experts préviennent que cette poussée de patriotisme peut avoir des conséquences inattendues — des deux côtés de la frontière.

Dans un message accompagné du mot-clic #BuyCanadian, Bonnie Hallman, de Winnipeg, soutient ainsi qu’elle a annulé un voyage convoité depuis longtemps en Alaska, à la suite des déclarations intempestives du président américain Donald Trump visant le premier ministre Justin Trudeau, qui a critiqué à nouveau les tarifs américains sur l’acier et l’aluminium. La dame de 53 ans indique qu’elle visitera plutôt l’Île-du-Prince-Édouard cet été, parce qu’elle préfère soutenir l’industrie touristique canadienne.

Scott Chamberlain, père de quatre enfants d’Ottawa, écrit quant à lui qu’il a fait un effort pour remplir son panier d’épicerie avec des produits principalement faits au Canada, afin de soutenir les producteurs canadiens qui pourraient être les plus durement touchés par les tensions commerciales.

Robert Wolfe, professeur émérite à l’École des études sur les politiques publiques de l’Université Queen’s, en Ontario, prévient cependant que ce mouvement #BuyCanadian pourrait attiser une guerre commerciale d’où aucun des deux pays ne sortirait indemne. Car la contrepartie du mouvement «acheter canadien», «acheter américain», pourrait avoir aussi un impact négatif sur les entreprises canadiennes qui font du commerce aux États-Unis.

«En cas d’escalade des tensions entre le Canada et les États-Unis, et si les Américains commencent à penser que nous sommes simplement en colère contre eux plutôt que contre leur président, cela pourrait compliquer les relations canado-américaines et, en fin de compte, l’économie.»

Selon Mike von Massow, économiste de l’alimentation à l’Université de Guelph, une démonstration de solidarité canadienne pourrait certes renforcer la position du pays dans les négociations commerciales, mais tout boycottage des produits fabriqués aux États-Unis sera plus facile à dire qu’à faire.

Plus de la moitié des participants canadiens à un sondage mené au début du mois de juin soutenait avoir l’intention d’éviter d’acheter des vins américains et de faire des achats transfrontaliers. Le sondage en ligne a été mené par Abacus Data du 1er au 6 juin — soit juste après l’imposition des tarifs américains sur l’aluminium et l’acier canadiens, mais avant les invectives de la Maison-Blanche à la suite du sommet du G7 à La Malbaie, en fin de semaine dernière.

L’Association de la recherche et de l’intelligence marketing, l’organisme professionnel de l’industrie des sondages, estime qu’on ne peut assigner une marge d’erreur aux sondages en ligne parce que l’échantillon n’est pas aléatoire.

Dans la même catégorie
16 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Je ne suis ni économiste ni versée dans les finances. Cependant, j’ai toujours entendu dire que l’achat local réduit la pollution causée par le transport, soutient les industriels, les cultivateurs et les commerçants de chez nous. Je n’ai fait aucun calcul, mais je ne me sens plus capable d’encourager les Américains tant qu’ils ne seront pas débarrassés de leur président néfaste et menaçant.

Le gouvernement fédéral devrait réduire le TPS sur certains des produits de nos partenaires commerciaux qui sont de véritables partenaires commerciaux.
Souvenez-vous de l’imposition d’un tarif d’importation de 300% que le nouveau Staline américain a tenté d’imposer sur le produit Bombardier.

J’ai fait l’achat ce printemps d’accessoires pour mon système d’alarme, je suis allé sur le site Amazon.ca, à ma grande surprise pour certains d’entre eux , on prélevait les taxes, mais pour d’autres non, pour ces dernières, j’ai fait venir un formulaire de déclaration des achats en ligne et j’ai donc payé les taxes qui ne l’avaient pas été collectées.
Je veux bien acheter Canadien, mais saviez-vous que la plupart des accessoires recherchés étaient fabriqués à Montréal mais qu’il était impossible d’acheter ici, cherchez l’erreur!

Comme M. Trump le dit si bien US First, pourquoi ne pas avoir chez nous au Canada, nous en premier…

Commençons par acheter des produits produit au Québec, ce sera respectueux de l’environnement avec un effet de levier économique pour nos emplois et le développement ou le maintien de notre économie.

Et surtout, demandez aux proprios, gérants et vendeurs dans les magasins pourquoi en pleine saison de fruits et légumes québécois ont nous vend des produits mexicains ou californiens?

En parallèle …la planète est envoie de sombrer par l’accumulation de déchets de consommation et la destruction de nos environnements. Pendant ce temps, plusieurs continus à consommer comme des niais. L’achat de bouteilles d’eau en est une illustration patente. Regardez-donc vos armoires, gardes robes et garages remplis d’inutilités… réveillez-vous donc avant d’aller consommer!

Je me fiche pas mal qu’un tel mouvement soit une goutte dans un verre d’eau pour les ÉU. Ce qui est important c’est que si j’achète canadien, j’encourage mes compatriotes et je contribue à des emplois ici. On peut facilement remplacer les vins américains par des vins de Colombie-Britannique qui sont aussi très bons. Le plus frustrant toutefois c’est que la plupart des produits qu’on trouve ici sont fabriqués en Chine…

Les Américains pourraient être blessés si on achète canadien en premier? Elle est bien bonne celle-là. Que je sache, ce ne sont pas les Canadiens qui ont voté pour Trump mais bien eux, les Américains; qu’ils en subissent les conséquences collectivement. Non seulement ils ont voté pour quelqu’un qu’ils savaient instable et querelleur mais ils persistent malgré le comportement complètement aberrant de leur président. Ils ne font rien pour le dégommer mais au contraire, ils surfent sur la vague Trump – America First. Alors, désolé pour leurs « feelings » mais pour moi c’est le Canada en premier et je n’ai pas l’intention de tourner la joue pour recevoir une claque sur l’autre en disant merci!

Phénomène inévitable, que de privilégier nos produits locaux, ceux-là même que produit notre travail et la sueur de nos fronts !… Inévitable, vraiment? Pas tant que ça, malheureusement. Pas autant que nous le souhaiterions… Le souhaitons-nous vraiment? Pas tant que ça, au vu des aspirations politiques de « tout un chacun », en cette région du Québec, qui a tellement peur qu’on dise « au pays du Québec » — regardez seulement les sondages… Moutons nous avons été, moutons nous sommes, et moutons nous désirons demeurer : rassure-toi, Donald, tes pires menaces ne feront que nous renvoyer dans la crainte, tout au fond de la bergerie. Ainsi-soit-il. Alleluia. God is an American ! Il l’est devenu, grâce à nos compromissions et nos « envies de l’imiter servilement », jour après jour… et d’acheter tous ses produits… surtout ceux dont nous n’avons pas vraiment besoin… Mais ça fait « riche et en moyens », n’est-ce-pas?

Je voudrais ne plus jamais acheter de produits américains, aucun, mais je pense que ça pourrait nous nuire parce que, si j’ai bien compris, il y a des parties de certains produits américains qui sont faits ici. Mais, je pense que si je n’achète plus jamais de fruits ni de légumes américains, je ne nuirai pas aux agriculteurs québécois ou canadiens. Alors c’est ça que je vais faire dès aujourd’hui. Acheter local, c’est bon pour l’environnement autant commercial, social que biologique si je peux dire.

Nous sommes un pays exportateur, incluant la province de Québec. Sans nos exportations, nous sommes en face d’un gros, GROS problème économique.

Notre PRINCIPAL client, ce sont les États-Unis qui comptent pour la vaste majorité de nos exportations.

Acheter local (une forme de boycott), c’est ben l’fun mais n’oubliez pas que ça peut se faire dans les deux sens. Si les USA font de même avec tous los produits, nous serons très rapidement en face d’un déficit monstre. En plus, nos produits locaux sont inexplicablement plus dispendieux que les produits américains (ou même ceux de plusieurs autres pays).

Ça fa que de un, on va perdre des dizaines de milliers d’emplois, donc de revenus individuels et fiscaux, de deux, on aura des tonnes de travailleurs à ne rien foutre « sur le chômage » (l’oisiveté est la mère de tous les vices), de trois, nous paierons beaucoup plus cher pour des produits manufacturés plus efficacement ailleurs qu’ici, et de quatre, on aura créé plusieurs problèmes majeurs sans avoir réglé le cas Trump.

J’ai l’intention de ne plus acheter de vins américains et d’encourager des pays plus friendly au point de vue commerce.

Je ne vois pas pourquoi il serait désavantageux de chercher en toute circonstance à encourager nos entrepreneurs, dont les produits ne sont pas toujours bien distribués mais que l’on peut découvrir en faisant un petit effort. Par exemple, j’ai acheté aujourd’hui un rince-bouche de Kalaya, une entreprise située à Waterloo, en Ontario, et un shampooing d’Oneka, un fabricant de Frelighsburg, au Québec.

Personnellement je pense qu’il est préférable d’acheter des produits locaux, guerre commerciale ou pas.

En ce qui me concerne c’est déjà commencé.
À l’épicerie, tout les achats ou je peux éviter d’acheter »made in USA » je le fais. Même à payer plus cher. Même chose côté vin et autre autres petits plaisirs de tous les jours. Côté vacances, ma conjointe aurait aimée la Côte est. Mais je resterai au Québec pour la première fois en 11 ans.
C’est ma façon à moi de contester la menace États-Uniennes.
Pour ce qui est de ma prochaine voiture No problemo, ça fait 20 ans que je n’achète plus de cochonnerie. Je me suis fait avoir une fois, Mais je ne suis pas assez imbécile pour me faire prendre deux fois.

Depuis un certain temps déjà j’encourage les producteurs locaux mais depuis que Trump est là et ses décisions insensées je boycotte tout ce qui est américain . De plus il y aura moins detransport, moins de pollution et + de travail pour nos concitoyens.