Un navire ravitailleur espagnol dépanne la Marine canadienne

HALIFAX – La Marine espagnole vient à la rescousse de la flotte canadienne qui participera ce mois-ci à des exercices d’hiver dans l’Atlantique Nord.

Le navire de ravitaillement espagnol Patiño est arrivé à Halifax vendredi pour combler temporairement le vide laissé l’an dernier par la mise au rancart de deux ravitailleurs canadiens, le Protecteur et le Preserver, construits au tournant des années 1970.

Les ravitailleurs, qui transportent du carburant et des marchandises diverses, permettent aux navires d’une flotte de demeurer en mer pendant de longues périodes.

Le pétrolier ravitailleur espagnol Patiño permettra ainsi aux navires Athabaskan et Charlottetown et au sous-marin Windsor, des Forces maritimes canadiennes de l’Atlantique, de participer à leur exercice hivernal au large de la côte est, de la mi-février à la mi-mars.

Le contre-amiral John Newton, commandant des Forces maritimes de l’Atlantique, a indiqué vendredi que la participation du Patiño auprès de la Marine royale canadienne «souligne le partenariat solide développé depuis des décennies comme alliés de l’OTAN au sein de coalitions et d’opérations partout dans le monde». M. Newton rappelle qu’il y a 25 ans, c’est le NCSM Protecteur qui ravitaillait des navires espagnols durant la guerre du Golfe.

Le Protecteur avait subi des avaries majeures lors d’un violent incendie dans la salle des machines au large d’Hawaii en 2014, et on a alors décidé de le mettre au rancart. Le Preserver, quant à lui, présentait des signes de corrosion et les techniciens avaient même dû naviguer sur eBay pour dénicher des pièces de remplacement. Il a finalement été relégué au port de Halifax, comme ravitailleur pétrolier.

Le premier d’une nouvelle classe de ravitailleurs ne devrait pas être livré avant 2020 — au mieux. Le projet du précédent gouvernement conservateur de combler le vide en modifiant un navire civil a été mis sur la glace par les libéraux l’automne dernier.

Sur la côte ouest, c’est un ravitailleur chilien, l’Almirante Montt, qui avait dépanné temporairement la Force maritime canadienne du Pacifique l’an dernier.