Un Néo-Écossais veut comprendre les circonstances de la mort de sa femme à l’urgence

Le mari d’une femme de 37 ans qui est décédée après avoir attendu sept heures pour voir un médecin dans un hôpital de la Nouvelle-Écosse cherche des réponses auprès du système de santé provincial.

Allison Holthoff est morte le 31 décembre à l’urgence du centre régional de soins de santé de Cumberland, en Nouvelle-Écosse.

Selon son mari, Gunter Holthoff, elle s’est effondrée, profondément endolorie, après s’être plainte d’une douleur à l’estomac vers 11 heures, le 31 décembre.

M. Holthoff déplore que sa femme ait dû attendre plus de six heures à l’urgence avant d’être assignée à une chambre, et ajoute qu’une heure supplémentaire s’est écoulée avant qu’un médecin vienne la voir.

«Malheureusement, j’ai l’impression que nous avons été négligés jusqu’à la dernière minute, mais à ce moment-là, il était tout simplement trop tard», a déploré M. Holthoff aux journalistes lors d’une conférence de presse tenue lundi.

Allison Holthoff a dû être réanimée trois fois par le personnel médical, a indiqué son mari, mais elle est décédée en soirée.

M. Holthoff ne connaît toujours pas la cause officielle du décès de sa femme et réclame des explications du gouvernement provincial. À son avis, il faut absolument comprendre ce qui s’est passé pour que sa confiance — et celle du public en général — demeure intacte envers le système de santé de la province.

«C’était une situation terrible pour ma femme et pour mes enfants, a souligné M. Holthoff. Je souhaite juste que nous puissions éviter que cela n’arrive à quelqu’un d’autre.»

Dans un courriel, l’autorité sanitaire de la Nouvelle-Écosse a refusé de commenter le cas précis de Mme Holthoff, invoquant la confidentialité, mais a assuré que cette situation sera analysée. « Nos examens de cas sont effectués en vertu de la loi sur la protection des informations sur l’amélioration de la qualité et, à ce titre, sont confidentiels », a-t-on écrit.

En entrevue avec La Presse Canadienne, lundi, la ministre de la Santé de la Nouvelle-Écosse, Michelle Thompson, a mentionné qu’elle avait le «cœur brisé» à propos de ce qui est arrivé à Mme Holthoff, ajoutant que les résultats de l’enquête de l’autorité sanitaire seraient partagés avec la famille et son ministère.

Mme Thompson a souligné qu’elle tenait à ce que les gens aient confiance qu’ils recevront des soins de qualité s’ils se présentent à l’urgence.

«Cet événement est tragique et nous nous engageons à enquêter et à comprendre ce qui s’est passé», a-t-elle promis.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.