Un neurochirurgien torontois qui avait tué sa femme perd son permis d’exercice

TORONTO — Un neurochirurgien de Toronto qui avait tué sa femme deux jours après avoir reçu les documents de divorce a perdu son permis d’exercice, vendredi — un an après avoir plaidé coupable de meurtre au deuxième degré.

Le comité disciplinaire de l’Ordre des médecins et chirurgiens de l’Ontario a révoqué le certificat d’inscription de Mohammed Shamji, à l’issue d’une audience tenue vendredi par visioconférence en raison de la pandémie de COVID-19.

Shamji, qui a assisté à l’audience depuis l’Établissement à sécurité maximale de Bath, en Ontario, n’a pas pris la parole. Il a toutefois admis, par l’entremise de son avocat, qu’il avait commis une faute professionnelle en étant reconnu coupable d’une infraction liée à son aptitude à pratiquer la médecine.

L’avocate de l’Ordre, Lisa Brownstone, a rappelé aux cinq membres du comité disciplinaire le principe fondamental de la médecine et du serment d’Hippocrate: «en premier lieu: ne pas nuire».

Me Peter Leigh a refusé de commenter lorsque La Presse canadienne lui a demandé par courriel si son client prévoyait présenter éventuellement une nouvelle demande de permis de pratique, en Ontario ou ailleurs.

Shamji avait plaidé coupable l’an dernier à une accusation de meurtre au deuxième degré, relativement à la mort en 2016 de sa femme, Elana Fric Shamji, elle aussi médecin. Il a été condamné à la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle avant 14 ans.

On a appris au procès que Shamji avait tué sa femme deux jours après avoir reçu les papiers de divorce. Il lui avait brisé le cou et les côtes et l’avait étouffée, alors que leurs trois enfants dormaient à côté.

Il a ensuite mis son corps dans une valise qu’il a jetée dans la rivière Humber. Le corps a été retrouvé peu de temps après la disparition de la dame et Shamji a été arrêté le lendemain.

Les plus populaires