Un Ontarien de 63 ans est accusé d’avoir envoyé des lettres contenant du faux anthrax

OTTAWA — Un Ontarien de 63 ans a été arrêté et accusé d’incitation à craindre des activités terroristes et d’avoir proféré des menaces après avoir présumément envoyé des lettres qui prétendaient contenir de l’anthrax à des bureaux des gouvernements fédéral et provincial en Ontario.

Joseph Knipfel, de St. Catharines, a été appréhendé le 6 mai, mais ce n’est que vendredi que la GRC a révélé l’affaire après avoir bonifié son enquête.

Les policiers ont été menés chez le sexagénaire après qu’un employé eut ouvert, le 29 avril dernier, une enveloppe adressée à un fonctionnaire fédéral dans laquelle se trouvait l’inscription «You’ve Been Anthraxed» (vous avez été ‘anthraxé’). L’anthrax est une maladie grave et parfois mortelle causée par la bactérie Bacillus anthracis. L’affaire a provoqué le déploiement de l’équipe chimique, biologique, radiologique, nucléaire et explosive (CBRNE) de la GRC, mais au final l’enveloppe ne contenait aucune substance dangereuse. 

Après l’arrestation de Joseph Knipfel, un mandat de perquisition a permis de saisir des appareils électroniques, des documents, ainsi que des copies de lettres qui prétendaient contenir de l’anthrax. 

La GRC a ensuite été en mesure d’intercepter d’autres lettres du même type envoyées par la poste à des représentants de gouvernements canadiens et étrangers. En outre, l’enquête a révélé des preuves de liens avec une série de lettres similaires que l’accusé aurait rédigées, et qui ont été envoyées à des fonctionnaires fédéraux en 2020, affirmant cette fois que ces lettres avaient été infectées par le coronavirus. 

Knipfel fait face à sept accusations d’incitation à craindre des activités terroristes et 18 accusations d’avoir proféré des menaces. Il comparaîtra au palais de justice de St. Catharines le 8 juillet prochain. 

L’enquête de la GRC a mis à contribution les collègues de la police d’Ottawa, de Niagara, de Toronto, le Service de protection parlementaire, le Service de protection législative, Postes Canada et les inspecteurs des postes.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.