Un organisme réclame des mesures plus fermes pour protéger les baleines noires

HALIFAX — Une organisation de conservation appelle les gouvernements canadien et américain à prendre des mesures plus énergiques pour protéger les baleines noires de l’Atlantique Nord, après la publication de nouvelles données américaines qui révèlent un déclin marqué de cette espèce en voie de disparition.

L’agence américaine d’observation océanique et atmosphérique (NOAA) a rapporté cette semaine qu’en janvier 2019, il restait 366 baleines noires de l’Atlantique Nord dans l’océan, comparativement aux 412 individus recensés par l’agence en 2018.

L’organisme Oceana Canada, qui s’alarme de cette baisse, demande au gouvernement canadien d’imposer d’autres mesures de ralentissement obligatoire des navires dans les eaux canadiennes pour éviter les collisions avec les baleines.

Le groupe affirme que les collisions avec les navires et les enchevêtrements dans les engins de pêche sont les deux principales causes de blessures et de décès chez les baleines noires, et réclame également une réduction du nombre d’engins et de cordages de pêche dans l’eau.

Selon Oceana Canada, au moins 100 baleines noires s’emmêlent dans des équipements de pêche chaque année au Canada et aux États-Unis, et 83 % des individus se sont retrouvés coincés au moins une fois.

La NOAA, qui est responsable de la protection des mammifères marins, estime par ailleurs qu’il reste moins de 94 baleines noires femelles en âge de se reproduire, ce qui met encore plus en danger l’espèce.

Depuis 2017, au moins 30 baleines noires ont été retrouvées mortes dans les eaux de l’est du Canada et des États-Unis, dont les deux tiers dans les eaux canadiennes.

———

Cet article a été produit avec l’aide financière des Bourses Facebook et La Presse Canadienne pour les nouvelles.

Laisser un commentaire