Un ourson rescapé meurt accidentellement dans un refuge en Colombie-Britannique

TOFINO, C.-B. — Le personnel d’un refuge faunique de la Colombie-Britannique est bouleversé et sous le choc à la suite du décès accidentel d’un ours dans un enclos. L’animal avait été rescapé, le printemps dernier, alors qu’il se trouvait seul aux côtés de sa mère morte.

L’ourson nommé Malcolm a été asphyxié après s’être coincé la tête dans la petite boucle d’un câble attaché à une bouée de plastique, a annoncé lundi le North Island Wildlife Recovery Centre dans un communiqué.

«Le matin de sa mort, il a été vu plusieurs fois sur les caméras, jouant sur les grandes souches d’arbres disposées dans son enclos. Au milieu de l’après-midi, le personnel en charge des soins aux animaux se trouvait dans le bâtiment de prélibération et a ouvert la trappe à nourriture pour vérifier les activités de Malcolm», a expliqué la direction.

«À ce moment-là, l’ourson a été aperçu immobile au sol à côté d’une des souches d’arbres. Le personnel est immédiatement entré dans l’enclos en reconnaissant qu’il y avait un problème grave. Il n’y avait aucun signe de lutte. Nous soupçonnons qu’il s’est mis la tête à l’intérieur de la boucle et qu’il s’est très vite asphyxié», a décrit le refuge.

Une bouée était suspendue par une chaîne, attachée à une souche d’arbre, dans l’enceinte de Malcolm depuis son arrivée, a-t-on précisé. Les bouées sont une source d’enrichissement pour les ours et il n’y avait jamais eu la moindre trace de blessures ou d’incidents par le passé, selon les responsables.

Toujours selon le communiqué du North Island Wildlife Recovery Centre, il s’agirait d’un «très regrettable accident».

«Prendre soin de ces animaux spéciaux est une expérience riche en émotions et nous sommes profondément affectés par cette perte», peut-on lire dans le document.

Le fondateur et directeur des opérations, Robin Campbell, a confirmé en entrevue que les câbles attachés aux bouées ont été retirés de tous les enclos. En 20 ans, il soutient n’avoir jamais connu d’autre incident de ce genre.

«C’est une chose tout simplement terrible», a-t-il commenté.

L’ourson avait entre huit et douze semaines et souffrait de malnutrition extrême quand il a été découvert, en mai, allongé sur la carcasse de sa mère à Tofino, en Colombie-Britannique.

«Il y a eu beaucoup de rebondissements dans sa sauvegarde», a raconté M. Campbell. «Chaque petit pas en avant ressemblait à un petit miracle. Alors, quand il est finalement devenu cet ours sauvage, il ne lui restait plus qu’à hiberner et puis il aurait été relâché l’été prochain.»

D’après le récit du centre, en dépit de certains problèmes de santé initiaux liés à l’émaciation et à l’hypoglycémie, l’ourson a montré de bons progrès physiques et comportementaux. Il a été placé sous sédation et examiné le 18 octobre. Son état de santé avait été jugé bon. Il avait donc été transféré dans un enclos de prélibération.

Les plus populaires