Un passager est reconnu du meurtre au 2e degré d’un chauffeur d’autobus

WINNIPEG — Un homme qui avait poignardé un chauffeur d’autobus de Winnipeg qui l’avait expulsé de son véhicule à la fin d’un quart de nuit a été déclaré coupable de meurtre au second degré par un jury, jeudi.

Irvine Jubal Fraser, âgé de 58 ans, avait été poignardé à plusieurs reprises lors d’une bagarre contre Brian Kyle Thomas en février 2017.

Thomas, vêtu d’une chemise blanche et portant un chapelet blanc autour du cou, regardait devant lui pendant que le verdict était lu.

Un meurtre au deuxième degré est automatiquement puni d’une peine d’emprisonnement à perpétuité avec une période d’admissibilité à la libération conditionnelle allant de 10 à 25 ans, qui sera déterminée à une audience ultérieure.

La mort de M. Fraser avait incité plusieurs intervenants à réclamer davantage de mesures de sécurité pour les autobus de Winnipeg, notamment des boucliers de sécurité pour les conducteurs. De nombreuses personnes portant des vestes de la Société de transport de Winnipeg ont assisté au procès.

Selon Aleem Chaudhary, président de la section locale 1505 de la Amalgamated Transit Union, le procès a été très difficile pour la famille de M. Fraser. Il espère que cela leur permettra de surmonter le deuil.

Il a ajouté que «l’ensemble de la famille du transport en commun» avait été touché par ce meurtre.

«Chaque travailleur a droit à un lieu de travail sûr et respectueux, a déclaré M. Chaudhary par courriel après l’annonce du verdict. Personne ne mérite d’être agressé ou tué au travail.»

Une partie de ce qui s’est passé pendant la nuit d’hiver inhabituellement chaude a été enregistrée sur des caméras de sécurité dans l’autobus de M. Fraser. Les images ont été montrées pendant le procès. On y voie Thomas, un homme âgé de 24 ans, demander à sa victime où il se trouve et s’il peut utiliser un téléphone.

M. Fraser lui ordonne de quitter l’autobus plus d’une vingtaine de fois avant que la vidéo ne montre le chauffeur agrippant Thomas par le cou et tentant de le pousser hors du véhicule.

La défense n’a présenté aucun élément de preuve au cours du procès. Lors des déclarations de clôture, l’avocat Evan Roitenberg a affirmé que le conducteur du bus avait provoqué la confrontation violente et était peut-être celui qui avait tiré l’arme.

Quant au procureur de la Couronne, Keith Eyrikson, il a fait valoir que M. Thomas cherchait à se battre et que le fait de se faire virer d’un autobus ne devrait pas engendrer une «rage meurtrière».