Un pédophile transgenre purgera sa peine dans une prison pour femmes

QUÉBEC — Un homme de Québec qui avait agressé sexuellement sa fillette de trois ans purgera sa peine dans une prison pour femmes, puisqu’il a subi une réassignation sexuelle depuis les crimes.

La femme transgenre, qu’on ne peut identifier pour protéger l’identité de la victime, a été condamnée lundi à 18 mois de prison pour des agressions sexuelles commises alors que l’accusée était encore un homme.

Le père biologique de la victime, aujourd’hui âgé de 33 ans, a plaidé coupable pour les crimes commis en 2013, alors que l’enfant n’avait que trois ans. L’accusée était séparée de la mère à l’époque.

Dans les mois qui ont suivi les agressions sexuelles, l’homme a subi une réassignation sexuelle. Trois ans plus tard, la fillette a révélé indirectement à sa mère les agressions et l’accusée a rapidement avoué les crimes à la police.

La Couronne avait demandé au tribunal une peine allant de 18 mois à deux ans de prison; la défense recommandait 60 jours à purger les fins de semaine et des travaux d’intérêt général. L’accusée n’avait aucun casier judiciaire.

Outre la peine de prison et une période de probation avec thérapie obligatoire, le juge René de la Sablonnière, de la Cour du Québec, a ordonné que l’accusée soit enregistrée comme délinquante sexuelle pendant 20 ans.

La procureure Sonia Lapointe s’est dite satisfaite de la peine de 18 mois de prison, qui se situe dans la fourchette suggérée par la Couronne.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie