Un pénitencier de l’ère victorienne doit être remplacé, mais il serait déjà insalubre

SAINT-JEAN, T.-N.-L. — Le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador remplacera la vieille prison de Saint-Jean, datant de l’époque victorienne, mais les observateurs estiment que même en attendant, cet établissement provincial ne devrait plus héberger des détenus.

La partie la plus ancienne du «Pénitencier de Sa Majesté», c’est son nom, a été construite en 1859 et l’établissement compte parmi les plus anciennes prisons en activité au pays. Le ministère provincial de la Justice indique que la construction d’une nouvelle installation devrait commencer au printemps prochain.

Cindy Murphy, de la section locale de la Société John-Howard, affirme que le gouvernement provincial doit élaborer un plan pour remédier aux conditions déplorables qui prévalent au «Pénitencier de Sa Majesté» au cours des prochaines années, jusqu’à ce qu’un nouvel établissement soit construit.

Des courriels obtenus grâce à la Loi sur l’accès à l’information montrent que des détenus ont organisé en juin une manifestation dans l’établissement, refusant de retourner dans la chaleur accablante de leur cellule.

Fred Cumby, directeur adjoint du pénitencier, a envoyé un courriel au gouvernement provincial le lendemain de la manifestation pour prévenir que si rien n’était fait pour pallier la chaleur, «quelqu’un va se blesser ou pire».

Des courriels en juillet montrent que la température dans certaines parties du pénitencier a atteint jusqu’à 36° C avec le facteur humidex.

L’avocat Mike Dull, de Halifax, a déclaré en entrevue que forcer les détenus à endurer de telles températures pendant des jours ou des semaines pourrait sans doute constituer une violation de leurs droits fondamentaux garantis par la Charte canadienne.

«Il y a des conditions bien moindres qui ont été considérées comme des peines cruelles et inusitées» au sens de la Charte, a déclaré Me Dull, qui est impliqué dans une action collective contre le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador au sujet de l’utilisation de l’isolement cellulaire dans ce pénitencier.

Me Dull a déclaré que les personnes à qui il avait parlé pour cette action collective avaient décrit des conditions «vraiment horribles» et «dégradantes» dans l’établissement, y compris des températures insupportables — en hiver comme en été.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.