Un peu de répit pour les victimes des inondations en C.-B.

GRAND FORKS, C.-B. — Les résidants de plusieurs localités inondées du sud de la Colombie-Britannique bénéficient d’un peu de répit depuis dimanche, mais les températures chaudes qui font fondre la neige laissent présager de nouvelles crues.

Le premier ministre John Horgan a qualifié ces inondations printanières d’évènement unique dans tout un siècle.

Le District régional de Kootenay Boundary, à la frontière avec l’État de Washington, a rappelé dimanche soir que les alertes et les ordres d’évacuation demeurent toujours en vigueur pour plus de 1600 résidences où habitent plus de 3000 personnes dans ce seul secteur au sud-est de Kelowna.

Dans un communiqué, l’administration régionale indique que les équipes travaillent d’arrache-pied pour permettre un retour à la maison le plus rapide possible, mais précise que les inondations posent toujours un risque pour la vie humaine et la santé. On craint en fait que la hausse des températures provoque une fonte soudaine de la neige.

Plus d’une vingtaine de municipalités de la Colombie-Britannique sont toujours en état d’urgence, notamment à Osoyoos et Keremeos, mais aussi dans d’autres basses terres le long de la rivière Similkameen et du lac Osoyoos, à environ 400 kilomètres à l’est de Vancouver.

En visitant des zones sinistrées, dimanche, le premier ministre Horgan a promis aux victimes une aide à long terme de la province. Plus de détails sur ces programmes devaient être annoncés lundi.

Les plus populaires