Un premier cas de COVID-19 est recensé au Nunavut

IQALUIT, Nunavut — La COVID-19 a maintenant atteint l’Arctique: le Nunavut a recensé jeudi son tout premier cas de COVID-19, dans une des communautés les plus septentrionales du pays.

«Nous y étions préparés depuis un certain temps», a déclaré le docteur Michael Patterson, médecin hygiéniste en chef du territoire, en conférence de presse. «Nous sommes davantage surpris, en fait, par le temps qu’il aura fallu au virus pour arriver jusqu’ici.»

Ce tout premier cas a été signalé mercredi soir à Pond Inlet, à la pointe supérieure de l’île de Baffin, a déclaré le docteur Patterson. Le patient, qui se porte bien, est en isolement dans cette communauté d’environ 1600 habitants.

Les responsables de la santé publique craignaient depuis le début de l’épidémie au Canada l’apparition de la COVID-19 dans les communautés arctiques. Le grand éloignement de ces territoires rend difficile le déplacement des personnes et des équipements, les établissements de santé locaux sont facilement débordés et les logements surpeuplés facilitent la propagation de cette maladie extrêmement infectieuse.

Le Nunavut est le dernier territoire au Canada à être touché par le virus. Le Yukon a recensé jusqu’ici 11 cas de COVID-19 et les Territoires du Nord-Ouest cinq, mais on ne déplore aucun décès. Le Nunavut a toutefois réagi rapidement depuis mercredi soir.

Dépistage dans la région

Des fournitures et une équipe d’intervention d’urgence, composée d’infirmières compétentes en recherche de contacts, étaient en route jeudi. Tous les déplacements publics en général à l’intérieur ou à l’extérieur de la communauté ont été interdits. «Le centre de santé est bien équipé et bien préparé», a assuré le docteur Patterson.

Des logements vides ont été identifiés à Pond Inlet pour isoler d’autres cas éventuels. Une pompe à eau supplémentaire a été expédiée pour garantir un approvisionnement accru afin d’assurer le lavage des mains.

Le traçage de toute personne en contact avec le patient a aussi débuté: 20 personnes ont subi le test de dépistage et attendent les résultats. La confirmation finale se fait en Ontario et selon le docteur Patterson, les premiers résultats ne seront pas connus avant dimanche, au plus tôt.

«Nous ne connaissons pas encore tous les détails de la façon dont cet individu a contracté la COVID-19», a admis le docteur Patterson. «Le nombre de contacts identifiés jusqu’à présent est faible.» Aucun contact n’a été identifié à l’extérieur de Pond Inlet, une communauté d’une beauté sauvage et rocheuse, en face du parc national Sirmilik.

Le docteur Patterson a précisé que le dépistage sera accru dans d’autres communautés de la région, qui ont souvent des contacts avec Pond Inlet.

Le premier ministre du Nunavut, Joe Savikataaq, a déclaré que le territoire se préparait déjà au virus et qu’il avait appris des efforts des autres provinces depuis quelques semaines. «Il est maintenant temps de faire preuve de patience et de gentillesse — et de rester à la maison.»