Un premier cas de la nouvelle souche provenant du R.-U. a été détecté au Québec

QUÉBEC — Un premier cas de la nouvelle souche de coronavirus circulant au Royaume-Uni a été détecté au Québec, a confirmé mardi le ministère de la Santé.

La personne infectée avait été en contact avec un proche qui revenait du Royaume-Uni le 11 décembre, a précisé le ministère dans un communiqué.

Cette personne a reçu un diagnostic positif à la COVID-19 le 13 décembre.

Le voyageur qui revenait du Royaume-Uni a eu des contacts prolongés avec trois membres de sa famille, qui ont tous reçu des résultats positifs à la COVID-19. Le variant circulant au Royaume-Uni n’a été détecté que chez une personne.

En conférence de presse, mardi, le directeur national de la santé publique, le docteur Horacio Arruda, a précisé que la personne qui revenait du Royaume-Uni avait respecté sa quarantaine, car elle n’a eu des contacts qu’avec sa famille proche.

«La personne était en quarantaine, ce sont des contacts familiaux qui ont été exposés. Ce n’est pas quelqu’un qui s’est promené», a-t-il déclaré.

La nouvelle souche a été identifiée par le Centre universitaire de santé McGill (CUSM) et confirmée par le Laboratoire de santé publique du Québec (LSPQ).

Selon le ministère, l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) est en train de mettre sur pied un laboratoire de surveillance pour déceler rapidement les nouveaux variants du coronavirus.

«Les analyses sur les caractéristiques de cette nouvelle souche sont toujours en cours dans plusieurs pays et pour l’instant, il n’y a pas lieu de modifier les recommandations de santé publique», écrit-on dans le communiqué.

Les scientifiques indiquent que le variant d’abord identifié en sol britannique comporte 17 différences génétiques importantes comparativement au SRAS-CoV-2. Il pourrait être jusqu’à 70 % plus contagieux, mais rien ne permet de croire pour le moment que les vaccins existants ne seraient pas efficaces pour le combattre.

Le docteur Arruda a rappelé que rien ne démontrait pour l’instant que cette souche était plus grave que les autres.

Depuis le 21 décembre, les vols du Royaume-Uni vers le Canada sont suspendus. Le gouvernement fédéral, qui avait d’abord adopté cette mesure pour une période de 72 heures, l’a prolongée au moins jusqu’au 6 janvier.

Même si ce n’est pas interdit, le premier ministre Justin Trudeau et son homologue du Québec, François Legault, ont dissuadé les Canadiens et les Québécois de voyager alors que le pays traverse difficilement une deuxième vague d’infections.

Laisser un commentaire