Un premier train Azur a été mis en service dans le métro de Montréal dimanche

MONTRÉAL – Cinquante ans après l’ouverture officielle des premières stations du métro de Montréal,les usagers ont pu emprunter un premier train AZUR, dimanche matin.

Le convoi conçu par le Consortium Bombardier-Alstom a effectué son trajet inaugural avec des usagers sur la ligne orange.

Le maire de Montréal, Denis Coderre, a participé à ce lancement et il n’a pas cherché à masquer sa fierté lorsqu’il a traité de cette innovation devant la presse. «50 ans plus tard, on a un tout nouvel appareil qui fonctionne à merveille. C’est le début d’un temps nouveau», a-t-il déclaré, enthousiaste.

Le ministre québécois des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports, Jacques Daoust, était également présent et il en a profité pour évoquer un souvenir de jeunesse. «J’avais 18 ans quand ça a commencé le métro. Durant cette fin de semaine, on raconte qu’il y avait eu un million de passagers. J’en étais un. Alors, c’était, à l’époque, quelque chose d’extraordinaire», a-t-il mentionné, d’un ton nostalgique.

De son côté, le président du conseil d’administration de la Société de transport de Montréal (STM), Philippe Schnobb, ne tarissait pas de qualificatifs élogieux pour décrire l’événement auquel il assistait.

Il a notamment parlé d’un «moment historique pour Montréal» et d’un «jalon incontournable».

Si tout se déroule comme prévu, une cinquantaine de nouveaux trains supplémentaires devraient être livrés à la STM d’ici 2018.

M. Schnobb a soutenu qu’une fois que cette nouvelle flotte sera fonctionnelle, «la clientèle verra son expérience être nettement améliorée par des déplacements plus confortables et plus fluides».

Le président de la division des Amériques chez Bombardier Transport, Raymond Bachant, a ajouté que les Montréalais auront droit à «un métro à la fine pointe de la technologie».

Le train AZUR se démarque du convoi habituel grâce entre autres à ses portes plus grandes, à sa meilleure capacité d’accueil, à son éclairage moins cru, à son accessibilité améliorée pour les personnes à mobilité réduite et à sa fenestration pouvant résister aux graffitis.

Note to readers: 9e PARA: bien lire Bachant et non Bachand