Un pro gaz de schiste nommé sous-ministre de l’Éducation

QUÉBEC — Le nouveau sous-ministre de l’Éducation, Alain Sans Cartier, était administrateur d’une entreprise albertaine qui cherche à relancer l’exploitation du gaz de schiste au Québec.

L’an dernier, M. Sans Cartier a démissionné du conseil d’administration de Questerre Energy Corporation pour être nommé secrétaire général associé au ministère du Conseil exécutif.

Le gouvernement avait annoncé sa nomination sans jamais mentionner qu’il était administrateur de Questerre. Encore aujourd’hui, on passe sous silence son passage dans le monde des hydrocarbures.

Jeudi, le premier ministre François Legault a vanté les talents de gestionnaire de M. Sans Cartier, qui a aussi travaillé au Port de Québec, pour l’ex-chef de l’Action démocratique du Québec Mario Dumont, et au Parti progressiste-conservateur du Canada.

«Alain Sans Cartier est un excellent gestionnaire, a déclaré M. Legault en conférence de presse à Montréal. On a jugé que c’était le bon temps de mettre une nouvelle personne à l’Éducation.»

M. Sans Cartier remplace dès aujourd’hui Eric Blackburn, un ancien directeur général de commission scolaire, qui a été chassé de son poste après juste un an de service.

M. Blackburn devient le troisième sous-ministre en moins de quatre mois à être dégommé, après Yvan Gendron à la Santé et Marie-José Thomas aux Affaires autochtones.

M. Legault a soutenu jeudi qu’il n’est pas inhabituel de voir de tels changements dans la haute fonction publique, et qu’il est toujours satisfait du travail du ministère et du ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge.

«Non, ce n’est pas un message à Jean-François Roberge, ça a été fait avec Jean-François», a-t-il expliqué, tout en reconnaissant que le ministre et son équipe font aujourd’hui face à un «énorme défi de gestion». 

«L’Éducation, c’est un gros ministère. Actuellement, il y a encore plus de pression sur le ministère avec la pandémie. Il y a de gros projets, des belles écoles, la maternelle quatre ans. C’est un énorme défi de gestion», a affirmé le premier ministre.

Laisser un commentaire

Un gouvernement de gens d’affaires qui ne voit qu’en gens d’affaires. Vous verrez que le projet GNL Saguenay est dans la mire de Legault, même si la planète au complet mérite mieux que des projets comme celui-là. Cela viendrait-il de son conseiller privé fraîchement importé aussi du monde des hydrocarbures?

Répondre
Les plus populaires