Un projet pilote permet d’obtenir sa carte Nexus après deux entrevues séparées

WASHINGTON — Il y a une lueur d’espoir dans l’impasse actuelle entre le Canada et les États-Unis au sujet du programme Nexus pour accélérer le passage des voyageurs aux frontières.

L’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) indique que les deux pays explorent des «mesures à court terme» pour réduire l’arriéré de demandes.

Ainsi, au point de passage des Mille-Îles, entre l’Ontario et l’État de New York, des entrevues en personne pour obtenir une certification Nexus sont menées séparément par des agents canadiens puis américains, de part et d’autre de la frontière.

À l’ASFC, la porte-parole Rebecca Purdy a indiqué que ce projet pilote, qui a débuté fin septembre, permettait aux candidats de passer une entrevue du côté canadien, avant d’entrer ensuite aux États-Unis pour rencontrer des agents américains.

Les autres centres d’inscription au Canada, où des agents des deux pays interrogeraient normalement les candidats ensemble, en personne, restent fermés. L’agence américaine des douanes refuse de déployer des agents dans des «centres conjoints» à moins qu’ils n’obtiennent la même protection juridique que celle des autres agents aux postes frontaliers classiques.

Alors que les centres d’inscription Nexus aux États-Unis sont ouverts depuis avril, la plupart des centres au Canada sont restés fermés depuis le début de la pandémie de COVID-19 en 2020.

Mme Purdy affirme que le projet pilote pourrait être élargi pour ajouter des passages frontaliers où la demande est la plus élevée et où les deux agences peuvent se permettre de le faire.

Elle soutient que 49 482 cartes Nexus nouvelles, renouvelées ou de remplacement ont été émises entre le 6 octobre et le 5 novembre.

«Le Canada et les États-Unis poursuivent leurs discussions sur la réouverture des centres d’inscription canadiens et recherchent des solutions pour remédier à l’arriéré actuel», a écrit Mme Purdy.

«Le Canada et les États-Unis demeurent attachés à un programme binational Nexus qui est accessible et accélère le passage des membres du programme à faible risque», a indiqué Mme Purdy.

Elle a confirmé que les hauts responsables des deux agences s’étaient rencontrés en personne plus tôt ce mois-ci pour discuter «d’options pour des mesures à plus court terme».

Le projet pilote rappelle la proposition de Scotty Greenwood, directrice générale du Canadian American Business Council, qui fait pression avec acharnement pour une résolution de ce litige.

Ce Conseil canado-américain des gens d’affaires a lancé en ligne une campagne de sensibilisation auprès du grand public, qui encourage les Canadiens à faire pression sur leurs députés pour qu’ils rouvrent les centres d’inscription Nexus.

Le site a généré plus de 1500 courriels jusqu’ici, selon Mme Greenwood, qui a exhorté les deux agences à être plus transparentes sur leurs efforts déployés à ce jour pour dénouer l’impasse.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.