Un Québécois accusé de fraude à Dubaï depuis 2015 saura mardi s’il est acquitté

MONTRÉAL — La famille d’un géologue canadien de 68 ans emprisonné à Dubaï pour fraude affiche un optimisme prudent à la veille d’une audience devant le tribunal d’appel, prévue mardi.

André Gauthier, originaire du Saguenay–Lac-Saint-Jean, a fait des allers et retours en prison au Moyen-Orient depuis décembre 2015, raconte son fils. Joint au téléphone à Québec, lundi, Alexis Gauthier a confié que les problèmes de son père avaient commencé lorsqu’il a alerté les autorités des Émirats arabes unis de transactions irrégulières chez un négociant d’or, «Gold AE».

Au lieu d’être félicité pour cette information, M. Gauthier a été arrêté et accusé d’être lui-même l’auteur de la fraude, selon son fils. Radha Stirling, du groupe de juristes britanniques «Détenu à Dubaï», soutient que ce qui serait arrivé à M. Gauthier arrive fréquemment à des étrangers aux Émirats arabes unis. Mme Stirling a été contactée par la famille Gauthier dès les tous débuts.

Mme Stirling a commencé à travailler pour des étrangers pris au piège à Dubaï il y a 12 ans; elle a depuis étendu son travail à d’autres pays du golfe Persique. «S’il y a une arnaque (dans les entreprises), ils essaient d’utiliser les étrangers comme boucs émissaires», a-t-elle expliqué en entrevue téléphonique depuis Londres.

M. Gauthier, âgé de 68 ans, a d’abord été détenu à Dubaï pendant environ 18 mois, à compter de décembre 2015, sans être accusé. Il a été libéré pour la suite des procédures mais a été finalement reconnu coupable de fraude et condamné à huit ans de prison, a déclaré son fils Alexis. Le Québécois a alors fait appel, mais il a fui le pays avant la fin des procédures et il a été arrêté à Oman, puis extradé à Dubaï en mai 2019.

Selon son fils, le tribunal d’appel a alors nommé un témoin expert qui est revenu avec un rapport qui disculperait M. Gauthier. «Nous avons reçu le rapport en novembre et l’avons remis au juge», a expliqué Alexis Gauthier. «Le juge a dit qu’il rendrait une décision définitive (sur l’appel) le 24 décembre.»

Selon son fils, M. Gauthier faisait également face à des poursuites devant les tribunaux civils, mais ses avocats espèrent que ces causes «tombent en même temps que les accusations criminelles».

Alexis Gauthier et Radha Stirling ont tous les deux eu des bons mots pour le gouvernement canadien dans cette affaire. L’ex-ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland avait appelé M. Gauthier avant de remettre son portefeuille à son successeur, François-Philippe Champagne, a déclaré Alexis Gauthier, qui a aussi parlé au nouveau ministre jeudi dernier.

La famille tente de demeurer optimiste, «mais nous ne voulons pas avoir des attentes trop élevées», affirme Alexis Gauthier. «Tant de choses étranges se sont produites dans cette affaire, alors nous essayons de rester réalistes.»