Un rassemblement contre le racisme attire 300 personnes dans une petite ville

INNISFAIL, Alb. — Malgré quelques échanges musclés avec des contre-manifestants, un rassemblement contre le racisme policier dans une ville du centre de l’Alberta est demeuré samedi largement pacifique.

La manifestation s’est déroulée à Innisfall, une petite ville de 8000 habitants au nord de Calgary. Elle avait été annulée après que les organisateurs eurent essuyé les critiques d’éléments sectaires sur les réseaux sociaux.

Mais elle a finalement eu lieu et plus de 300 personnes se sont rassemblées pour appuyer le mouvement «Black Lives Matter».

Militante des droits des noirs, Audora Nowfor a harangué la foule en lui disant que la collectivité ne devait recevoir aucun mérite pour avoir organisé la manifestation.

«Je ne donne pas des étoiles pour un événement d’un après-midi. Organiser un seul événement d’une journée ne donne pas droit à un mérite, a-t-elle lancé. Si on veut changer les choses, on doit écouter les Noirs avec humilité. On doit s’éduquer. Ensuite, on soutient les Noirs dans tout ce qu’ils font, même si on doit se salir.»

Toutefois, Dieulita Datus, qui est noire et a grandi à Lacombe, ne partageait pas cette opinion.

«Le fait que des gens d’Innisfail se soient présentés permet d’être optimiste, a-t-elle dit. Cela me donne de l’espoir pour l’avenir et le fait que les gens soient ici, qu’ils soient manifestants ou contre-manifestants – le fait que les gens se soient présentés signifie qu’ils veulent ajouter leur voix à ce débat.»

Une poignée de contre-manifestants ont tenté de gâcher le rassemblement en criant «La vie des Blancs compte». Un autre homme, assis sur une chaise de jardin, tenait une pancarte sur laquelle on pouvait lire «Qu’en est-il de toutes les vies, peu importe la couleur de la peau ?».

À la fin du rassemblement, des manifestants ont cerné certains de leurs adversaires en leur disant qu’ils n’étaient pas les bienvenus.

Depuis la mort de George Floyd, aux États-Unis, les manifestations se multiplient pour exiger la fin du racisme systémique et de la brutalité policière.

Le maire d’Innisfall, Jim Romane, dit regretter d’avoir formulé un commentaire voulant que «toutes les vies comptaient» lors d’une première discussion au sujet du rassemblement.

«Ce n’était qu’une petite remarque que j’ai faite et tout d’un coup, nous sommes un tas de ploucs, a-t-il déclaré. Honnêtement, je ne pense pas que notre communauté soit manifestement pire que toute autre communauté d’une petite ville en matière de discrimination. Je suis simplement impatient d’en entendre parler et d’en tirer des leçons.»

L’organisatrice Brittany Bovey a déclaré qu’elle était heureuse que tout ait fonctionné malgré un départ difficile.

«Au début, je pensais que c’était troublant, mais dès que la presse négative s’est déchaînée, l’appui au mouvement, aux personnes racisées était tout simplement extraordinaire. Je suis convaincue que l’amour et la solidarité vont briller.»

Les plus populaires