Un rédacteur en chef condamné à un an de prison pour incitation à la haine

TORONTO — Le rédacteur en chef d’une publication torontoise qui incitait à la haine a été condamné à une peine d’emprisonnement d’un an.

Le juge Richard Blouin, de la Cour de l’Ontario, lui a imposé cette peine jeudi après avoir refusé de reprendre le procès.

Dans sa lecture de la peine, le juge a déclaré que la sentence aurait été plus sévère si la loi lui avait permis.

«Il est impossible, à mon avis, de conclure que M. Sears devrait recevoir une peine inférieure à 18 mois d’emprisonnement, a-t-il dit. M. Sears (…) a promu la haine à un vaste lectorat (…). L’exposition sur internet d’un tel matériel conduit inexorablement à l’extrémisme et à la possibilité de lourdes pertes.»

James Sears, âgé de 55 ans, prétendait que son avocat l’avait mal représenté, mais selon le juge, l’avocat a accompli son travail de manière professionnelle.

Le rédacteur en chef du magazine «Your Ward News», qui avait été reconnu coupable, en janvier, d’incitation à la haine contre les femmes et les Juifs, a paru stupéfait par la décision du tribunal. Peu de temps avant le prononcé de la sentence, il avait exprimé sa confiance d’obtenir nouveau procès.

«Ne t’inquiète pas chéri», a-t-il lancé à sa femme qui portait un enfant. Il a ensuite été menotté avant d’être escorté hors de la salle par des agents.

«Ce n’est pas juste!», s’est exclamé un de ses partisans avant de quitter la salle en larmes.

300 000 exemplaires

Le juge Blouin avait reconnu M. Sears et l’éditeur de la publication, LeRoy St. Germaine, coupables de deux chefs d’accusation d’incitation à la haine.

La publication était distribuée gratuitement à plus de 300 000 résidences et commerces de la région de Toronto et sur internet. Le magazine a constamment décrit les femmes comme des êtres inférieurs qui incitaient au viol. Il affirmait aussi les Juifs buvaient le sang d’enfants chrétiens et niait l’existence de la Shoah. Ces thèmes n’ont pas cessé d’être abordés dans la publication même après le début du procès.

La Couronne réclamait une peine maximale de six mois d’emprisonnement pour chacun des chefs d’accusation.

Le juge Blouin a toutefois refusé une demande de la Couronne visant à interdire à M. Sears de diriger le magazine, affirmant qu’une telle décision violerait le droit à la libre expression défendu par la Constitution.

«M. Sears doit avoir la liberté de publier ce qu’il veut, même si cela est impopulaire et répréhensible, pourvu que ses mots respectent le Code criminel», a-t-il souligné.

De son côté, LeRoy St. Germaine connaîtra sa peine la semaine prochaine.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

Commentaires
Laisser un commentaire