Un regroupement métis demande des excuses à la sénatrice Lynn Beyak

OTTAWA — Le Ralliement national des Métis soutient que la sénatrice Lynn Beyak devrait envisager de démissionner pour s’être prétendument présentée comme une Métisse parce que ses parents avaient adopté une enfant autochtone.

David Chartrand, vice-président de l’organisation, a qualifié les propos de Mme Beyak d’insultants et de racistes. Selon lui, ils constituent une fausse représentation de l’identité métisse.

Il devait transmettre une lettre à la chambre haute mardi pour demander des excuses immédiates à la sénatrice de l’Ontario, qui n’a pas répondu à une demande de commentaires sur la question.

Les propos prêtés à Mme Beyak sont contenus dans une annexe d’un rapport du comité sénatorial sur l’éthique, qui a recommandé vendredi dernier que Mme Beyak soit à nouveau suspendue sans salaire pour des lettres racistes sur les peuples autochtones qu’elle avait publiées sur son site web.

L’annexe détaille les préoccupations du personnel de l’organisme où Mme Beyak a suivi des séances de formation sur la culture autochtone, à la demande du Sénat. L’organisme affirme que Mme Beyak s’est identifiée comme Métisse et a expliqué que c’était parce que ses parents avaient adopté une enfant autochtone, qui est devenue sa sœur.

M. Chartrand dit que trop de Métis ont souffert pour obtenir la reconnaissance de leur identité autochtone distincte et qu’une déclaration comme celle-ci d’une sénatrice canadienne nuisait encore plus aux gens de la Nation métisse.

Les plus populaires