Un scénario mixte d’élèves en classe et à distance plus probable en Ontario

TORONTO — Les élèves de l’Ontario retourneront probablement à l’école en septembre avec un mélange d’apprentissages en classe et à distance, a annoncé le gouvernement vendredi, bien que les conseils élaborent divers scénarios en fonction de l’évolution de la propagation de la COVID-19.

Le premier ministre Doug Ford a déclaré qu’il n’y aura pas d’approche unique dans les écoles, tout en ajoutant que les parents dans toute la province auront la possibilité d’envoyer leurs enfants en classe ou de les garder à distance.

«Ce virus reste une menace et la santé et la sécurité de nos enfants resteront toujours au premier plan», a déclaré M. Ford.

«Si vous ne vous sentez pas à l’aise, si vous craignez que votre enfant retourne à l’école, nous garderons l’apprentissage à la maison à la disposition de votre enfant.»

Le ministre de l’Éducation, Stephen Lecce, a affirmé que les conseils scolaires devaient préparer des plans pour trois scénarios: un enseignement régulier en classe avec des protocoles de santé publique, un apprentissage entièrement à distance et un plan qui combine les deux approches. Les conseils pourraient devoir alterner entre les trois modèles tout au long de l’année.

M. Lecce a déclaré qu’il s’attend à ce que tous les élèves commencent en septembre avec le modèle mixte, qui ne verrait pas plus de 15 étudiants en classe, qui assisteraient certains jours ou certaines semaines en alternance. Les bureaux de santé publique seront invités à donner des directives au début d’août sur le modèle approprié pour septembre.

Ce modèle mixte sera évalué après septembre, et si les tendances en santé publique vont dans la bonne direction, les conseils pourraient se rapprocher d’une scolarité plus conventionnelle.

Les écoles de la province sont fermées depuis le 13 mars, lorsque le gouvernement ontarien a décrété ses premières mesures de confinement pour freiner la propagation du coronavirus.

Le président de la Fédération des enseignantes et des enseignants de l’élémentaire de l’Ontario, Sam Hammond, a fait valoir que l’approche de la province, qui réduira la taille des classes, augmentera certainement le besoin de plus d’éducateurs.

Mais le gouvernement n’a pas promis suffisamment de fonds pour les coûts qui y seront reliés, a-t-il ajouté.

«Si je suis enseignant et que j’ai 30 élèves et que pendant ces deux jours en alternance, il n’y en a que 20 (physiquement en classe), qui fournit cet apprentissage en ligne aux 10 autres élèves?», s’est-il demandé.

«J’espère qu’on ne s’attendra pas à ce que nos membres fournissent (ce service) à tout moment, jour et soir.»

L’Association des conseils scolaires des écoles publiques de l’Ontario a généralement salué le plan et sa flexibilité pour les circonstances locales, mais a dit vouloir un «dialogue continu» avec le gouvernement au sujet du financement supplémentaire qui pourrait être nécessaire pour s’adapter à la pandémie.

M. Lecce a annoncé vendredi les montants annuels de financement des conseils scolaires, qui comprennent une augmentation de 250 $ par élève — contrairement à une baisse du financement par élève l’an dernier.

Un rapport rédigé par des experts de l’hôpital SickKids de Toronto, qui a été diffusé cette semaine, a indiqué que les enfants ne transmettent pas aussi facilement que prévu la COVID-19.

Les directives de ces experts présentées au gouvernement en vue du déconfinement incluent des mesures de lavage des mains supplémentaires, un nettoyage accru du matériel et des conduits d’aération, et suggèrent d’offrir des classes à l’extérieur lorsque c’est possible de le faire — sans exiger que les enfants portent le masque et sans interdire les jeux qui enfreignent les directives de distanciation sociale.

L’Ontario a rapporté 178 nouveaux cas de COVID-19 vendredi, et 11 décès supplémentaires.

Ces statistiques portent le total de la province à 33 095 cas, en hausse de 0,5 pour cent par rapport à la veille.

Elle compte aussi un total de 2564 décès, et 28 250 patients rétablis — soit 246 de plus que la veille.

Le nombre de patients hospitalisés en raison de la COVID-19 est également passé de 351 à 331, et même si le nombre de patients aux soins intensifs est aussi en baisse, le nombre de personnes qui ont besoin d’un respirateur artificiel a augmenté de 60 à 65.

Environ 60 pour cent des nouveaux cas rapportés vendredi proviennent de trois régions qui n’ont pas encore atteint la deuxième phase de déconfinement: 56 à Toronto, 33 à Peel et 17 à Windsor-Essex.

D’autres régions de l’Ontario ont entamé vendredi la deuxième phase de déconfinement de la province, dont certains secteurs de la région métropolitaine de Toronto.

La deuxième phase de déconfinement comprend la réouverture des terrasses des restaurants, des salons de coiffure et des piscines.