Un «snowbird» forcé de vivre dans sa voiture car il ne peut rentrer chez lui

FREDERICTON — Un «snowbird» canadien qui souhaitait rentrer à l’Île-du-Prince-Édouard après être revenu de Floride en voiture dit qu’il doit maintenant vivre dans son véhicule après avoir été refoulé par des responsables au pont de la Confédération, en raison des restrictions mises en place pour ralentir la propagation de la COVID-19.

Barry Humberstone est propriétaire d’une maison à Northport, à l’Île-du-Prince-Édouard, depuis moins d’un an, après avoir déménagé de Georgetown, en Ontario, mais a passé les six derniers mois en Floride avec sa conjointe américaine, Michelle Williamson.

M. Humberstone a expliqué qu’il s’était vu refuser l’entrée sur l’île mardi parce que son adresse de l’Ontario se trouvait encore sur son permis de conduire et que sa voiture avait été immatriculée dans cette même province. Il admet qu’il aurait dû faire le changement d’adresse plus tôt.

«Ils ne me laissent pas aller à ma résidence principale à cause de cela, alors que j’ai un camion dans mon garage à l’Île-du-Prince-Édouard. Avec des plaques de l’Île-du-Prince-Édouard. J’avais une copie de l’immatriculation et une copie des taxes que j’ai payées sur la propriété», a-t-il raconté.

M. Humberstone, qui est âgé de 60 ans, a ajouté qu’on lui avait dit que les documents ne prouvaient pas qu’il vivait à l’Île-du-Prince-Édouard à temps plein.

«J’ai dit: « Je ne vis pas à l’Île-du-Prince-Édouard à temps plein. Je suis un « snowbird », je vis six mois au Canada et six mois aux États-Unis. »»

Il a noté que la maison sur l’île est sa résidence principale, et non pas un chalet, et qu’il a vendu sa maison en Ontario il y a deux ans.

«Maintenant, je ne peux même plus travailler parce que mes outils sont dans mon camion. Je n’ai pas de vêtements d’hiver parce que tous mes vêtements sont dans la maison», a-t-il affirmé.

M. Humberstone, qui se décrit comme un semi-retraité du domaine de la construction résidentielle, est maintenant en route vers l’Ontario parce qu’il a toujours de la famille là-bas, mais il préférerait retourner sur l’île.

«Où dois-je aller maintenant? J’ai 60 ans et je vis dans ma voiture. Je ne veux pas aller à l’hôtel. C’est plein (de germes). J’essaie de rester en bonne santé pour pouvoir voir mes enfants (en Ontario )», a-t-il dit. «Tout ce que je veux, c’est aller chez moi.»

M. Humberstone a indiqué que lui et sa conjointe, qui réside à Port St. Lucie, en Floride, ont communiqué avec le bureau du premier ministre et ont été avisés que quelqu’un vérifierait sa situation, mais ils n’ont pas encore obtenu de réponse.

Le gouvernement n’a pas immédiatement répondu à une demande pour commenter la situation.

Les plus populaires