Une femme a été arrêtée après une agression armée dans un tramway de Toronto

TORONTO — Une femme a été poignardée à la tête à bord d’un tramway de Toronto, mardi, dans le plus récent épisode de violence à survenir dans les transports en commun de la métropole.

Des policiers de Toronto se sont rendus à l’intersection des avenues Spadina et Sussex vers 14 h, mardi, après que des témoins eurent rapporté l’agression survenue dans une voiture de tramway.

Sur place, les policiers ont trouvé une femme dans la vingtaine blessée par plusieurs coups de couteau et ils ont arrêté une autre femme dans la quarantaine.

«(La victime) a reçu des coups de couteau à la tête et au visage. Elle est maintenant dans un état stable, avec des blessures ne mettant pas sa vie en danger», a précisé Lori Kranenburg, porte-parole de la police de Toronto.

La femme arrêtée sur les lieux fera face à une accusation de voies de fait graves, a indiqué la police. Selon les premières informations, les deux femmes ne se connaissaient pas, a précisé Mme Kranenburg.

Des bandages ensanglantés pouvaient être vus sur le siège avant du tramway alors que la police analysait la scène à la recherche de preuves potentielles. Près d’une dizaine de véhicules de la police et de la Société de transport de Toronto étaient sur les lieux. Toute personne ayant des informations sur ce qui s’est passé peut contacter la police.

Escalade de violence dans les transports en commun

Cette attaque au couteau était le troisième cas de violence dans les transports en commun de Toronto ces derniers jours.

Lundi, un groupe de 15 jeunes hommes aurait attaqué deux employés des transports en commun en uniforme dans un autobus. Et samedi dernier, un chauffeur d’autobus aurait été visé par un pistolet à air comprimé.

Mme Kranenburg a reconnu qu’il existait des problèmes de sécurité dans le système de transport en commun de Toronto. «La police travaille en collaboration avec la Ville pour résoudre ces problèmes de sécurité, ainsi qu’avec la société de transport», a-t-elle mentionné.

«Nous ne pouvons pas être partout à tout moment, alors nous demandons aux gens de continuer à être conscients de leur environnement et de signaler tout incident dont ils pourraient être témoins.»

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.