Un suspect lié à l’attentat de Lockerbie se trouve en détention aux États-Unis

LONDRES — Le Libanais soupçonné d’avoir fabriqué la bombe qui a détruit un avion commercial au-dessus de Lockerbie, en Écosse, en 1988, se trouve actuellement en détention aux États-Unis, ont confirmé dimanche les autorités américaines et écossaises.

Dans un communiqué, le bureau du procureur de la Couronne et le procureur fiscal écossais ont confirmé que « les familles des victimes tuées lors de l’attentat à la bombe ont été informées que le suspect, Abu Agela Mas’ud Kheir Al-Marimi, est présentement détenu aux États-Unis ».

Le ministère de la Justice des États-Unis a aussi confirmé la nouvelle, précisant que le suspect «devrait comparaître pour la première fois devant le tribunal fédéral du District de Columbia».

Le vol Pan Am 103, qui faisait la liaison entre Londres et New York, a explosé alors qu’il survolait Lockerbie le 21 décembre 1988, tuant les 259 personnes à bord, en plus de 11 autres au sol.

Cet événement demeure l’attaque terroriste la plus meurtrière de l’histoire du Royaume-Uni.

De nouvelles accusations contre Mas’ud avaient été portées par le ministère de la Justice des États-Unis en décembre 2020, à l’occasion du 32e anniversaire de l’attentat.

«Enfin, cet homme qui est responsable de la mort d’Américains et de nombreuses autres personnes devra faire face à la justice pour répondre de ses crimes», avait affirmé William Barr, le procureur général de l’époque, lors d’une conférence de presse.

En 2001, l’ancien officier du renseignement libyen Abdelbaset al-Megrahi a été reconnu coupable d’avoir fait exploser l’avion. Il est à ce jour la seule personne condamnée pour cet attentat.

Il a été libéré en 2009 pour des raisons humanitaires, car il était atteint d’un cancer en phase terminale. Il est mort en Libye en 2012, clamant toujours son innocence.

Une percée dans l’enquête a eu lieu lorsque des responsables américains ont reçu, en 2017, une copie d’une entrevue que Mas’ud, un expert en explosifs pour les services de renseignement libyens, avait donnée aux forces de l’ordre libyennes en 2012.

Dans cet entretien, selon les autorités américaines, Mas’ud a admis avoir fabriqué la bombe de l’attentat et avoir travaillé avec deux autres conspirateurs pour tout mettre en œuvre. Il a également révélé que l’opération avait été ordonnée par les services de renseignement libyens.

Si Mas’ud est le troisième agent des services de renseignement libyens accusé aux États-Unis en relation avec l’attentat de Lockerbie, il serait le premier à être jugé dans un tribunal américain.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.