Un tireur fait trois morts et 13 blessés dans deux écoles du Brésil

BRASILIA, Brésil — Un tireur armé d’un pistolet semi-automatique et portant un gilet pare-balles a tué trois personnes, dont deux enseignants, et en a blessé 13 autres, vendredi, après avoir fait irruption dans deux écoles du sud-est du Brésil, ont annoncé les autorités.

La fusillade a eu lieu dans une école publique avec des élèves du primaire et du secondaire, ainsi que dans une école privée, toutes deux situées sur la même rue, dans la petite ville d’Aracruz dans l’État d’Espirito Santo, a indiqué le secrétariat de la sécurité publique de l’État, par communiqué. Deux enseignants et un élève ont été tués. 

Environ quatre heures plus tard, le tireur, identifié comme un garçon de 16 ans qui étudiait à l’école publique, a été arrêté par la police, a déclaré le gouverneur d’Espirito Santo, Renato Casagrande. Les autorités n’ont pas divulgué le nom du suspect.

Des images de caméras de surveillance ont montré le tireur portant un gilet pare-balles et utilisant un pistolet semi-automatique au moment des événements, a affirmé le secrétaire à la sécurité publique d’Espirito Santo, Márcio Celante, dans une vidéo fournie par le bureau de presse du secrétariat.

Le gouverneur Casagrande a déclaré que l’arme appartenait au père de l’ancien élève, un officier de la police militaire.

En plus des décès, 13 personnes ont été blessées, dont neuf enseignants, a déclaré M. Celante, qui a noté qu’à l’école publique, le tireur avait eu accès à la salle des professeurs après avoir cassé une serrure. Six des blessés, dont deux enfants, étaient toujours hospitalisés vendredi après-midi.

Les fusillades dans les écoles sont rares au Brésil, mais se sont produites avec une fréquence un peu plus élevée ces dernières années.

Dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, le gouverneur d’Espirito Santo, Renato Casagrande, a déclaré qu’il surveillait la situation et avait envoyé les autorités pour enquêter.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.