Un tireur tue au moins 10 personnes dans un supermarché de Buffalo

BUFFALO, N.Y. — Un jeune homme blanc de 18 ans portant un équipement militaire et armé d’un fusil a ouvert le feu samedi dans un supermarché de Buffalo, aux États-Unis, tuant 10 personnes et en blessant trois autres dans ce que les autorités ont décrit comme «extrémisme violent à motivation raciale». L’homme a diffusé la scène en direct avec une caméra sur casque. 

La police a déclaré qu’il avait abattu 11 victimes noires et deux blanches avant de se rendre aux autorités dans un carnage qu’il avait diffusé en direct sur la plateforme de diffusion en continu Twitch.

Plus tard, il a comparu devant un juge dans une blouse médicale en papier et a été accusé pour meurtre.

«J’espère sincèrement que cet individu, ce suprématiste blanc qui vient de commettre un crime de haine contre une communauté innocente, passera le reste de ses jours derrière les barreaux. Et que le ciel l’aide également dans l’autre monde», a déclaré la gouverneure Kathy Hochul, qui s’exprimait près de la scène de l’attaque.

Le massacre a provoqué une onde de choc dans un pays aux prises avec des tensions raciales, de la violence armée et une vague de crimes haineux. La veille de la fusillade, la police de Dallas a indiqué qu’elle enquêtait sur une série de fusillades pour crimes haineux dans le quartier coréen.  L’attaque de Buffalo est survenue un mois seulement après une autre fusillade de masse dans une rame de métro de Brooklyn, qui a fait 10 blessés.

Le tireur présumé de l’attaque de samedi dans le Tops Friendly Market a été identifié comme étant Payton Gendron, de Conklin, New York, à environ 320 kilomètres au sud-est de Buffalo.

On ne sait pas pour l’instant pourquoi Payton Gendron s’est rendu à Buffalo et dans cette épicerie en particulier. Un vidéo provenant apparemment de son compte Twitch, puis publié sur les réseaux sociaux, le montrait en arrivant au supermarché dans sa voiture.

Le tireur a tiré sur quatre personnes à l’extérieur du magasin, et trois personnes en sont mortes, a déclaré le commissaire de police de Buffalo, Joseph Gramaglia. À l’intérieur du supermarché, un agent de sécurité qui était un officier de police à la retraite de Buffalo a tiré plusieurs coups de feu, mais la balle qui a touché le gilet pare-balles du tireur n’a eu aucun effet, a raconté M. Gramaglia.

Le tireur a ensuite tué le garde, a déclaré le commissaire, puis il a traversé le magasin en tirant sur d’autres victimes.

«C’est le pire cauchemar auquel toute communauté puisse faire face. Nous souffrons et nous bouillonnons en ce moment», a dit le maire de Buffalo, Byron Brown, lors de la conférence de presse. «La profondeur de la douleur que ressentent les familles et que nous ressentons tous en ce moment ne peut même pas être expliquée.»

Le supermarché est situé dans un quartier à majorité noire, à environ cinq kilomètres du centre-ville de Buffalo. Les environs sont surtout résidentiels. Un commerce à prix unique et une caserne de pompiers sont situés près du supermarché.

La police est entrée dans le magasin et a confronté le tireur dans le hall. 

«À ce moment-là, le suspect a mis l’arme sur son propre cou», a témoigné M. Gramaglia. Deux officiers l’ont convaincu de laisser tomber l’arme, a ajouté le commissaire.

Twitch a déclaré dans un communiqué avoir mis fin à la transmission de M. Gendron «moins de deux minutes après le début des violences».

Lors de la conférence de presse, plus tôt samedi, le shérif du comté d’Erie, John Garcia, a qualifié la fusillade de crime de haine.

«C’était du pur mal. C’était un crime haineux à motivation raciste de la part de quelqu’un en dehors de notre communauté, en dehors de la ville des bons voisins (…) entrant dans notre communauté et essayant de nous infliger ce mal», a déclaré M. Garcia.

Braedyn Kephart et Shane Hill, tous deux âgés de 20 ans, venaient d’arriver dans le stationnement lorsque le tireur est sorti du supermarché. «Il tenait le fusil à son menton. On se demandait bien ce qui se passait, pourquoi ce gamin portait-il un fusil à son visage?» a raconté Mme Kephart. Il a enlevé son casque, laissé tomber son fusil avant d’être plaqué au sol par la police.»

Les responsables ont déclaré que le fusil utilisé par M. Gendron lors de l’attaque avait été acheté légalement, mais que les chargeurs qu’il utilisait pour les munitions n’étaient pas autorisés à être vendus à New York.

Tops Friendly Markets a publié une déclaration disant : «nous sommes choqués et profondément attristés par cet acte de violence insensé et nos pensées et nos prières vont aux victimes et à leurs familles».

Plus de deux heures après la fusillade, Erica Pugh-Mathews attendait à l’extérieur du magasin, derrière la bande érigée par la police.

«Nous aimerions connaître le statut de ma tante, la sœur de ma mère. Elle était là avec son fiancé, ils se sont séparés et sont allés dans des allées différentes, a-t-elle dit. Une balle l’a manqué de peu. Il a pu se cacher dans un congélateur, mais il n’a pas pu rejoindre ma tante et ne sait pas où elle se trouve. Nous aimerions juste savoir si elle va bien.»

Réactions 

Le président Joe Biden a déclaré dans un communiqué que lui et la première dame priaient pour les victimes et leurs familles.

«Nous avons encore besoin d’en savoir plus sur la motivation de la fusillade d’aujourd’hui alors que les forces de l’ordre font leur travail, mais nous n’avons besoin de rien d’autre pour énoncer une vérité morale claire: un crime de haine à motivation raciale est odieux pour le tissu même de cette nation», a dit le président des États-Unis. 

«Tout acte de terrorisme intérieur, y compris un acte perpétré au nom d’une idéologie nationaliste blanche répugnante, est contraire à tout ce que nous défendons en Amérique», a-t-il ajouté. 

Le président de l’Association nationale pour l’avancement des personnes de couleur (NAACP), Derrick Johnson, a publié une déclaration dans laquelle il a qualifié la fusillade de Buffalo «d’absolument dévastatrice».

«Nos cœurs sont avec la communauté et tous ceux qui ont été touchés par cette terrible tragédie. La haine et le racisme n’ont pas leur place en Amérique. Nous sommes bouleversés, extrêmement en colère et prions pour les familles et les proches des victimes», a-t-il mentionné.

Le révérend Al Sharpton a demandé à la Maison-Blanche de convoquer une réunion avec des dirigeants noirs, juifs et asiatiques «pour que le gouvernement fédéral (intensifie) ses efforts contre les crimes haineux».

La fusillade est survenue un peu plus d’un an après une attaque en mars 2021 dans l’épicerie King Soopers à Boulder, Colorado, qui a tué 10 personnes. Les enquêteurs n’ont publié aucune information sur les raisons pour lesquelles ils pensent que l’homme accusé de cette attaque a ciblé le supermarché.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.