Un tireur tue trois personnes avant d’être abattu dans une base militaire

PENSACOLA, Fla. — Un étudiant en aviation en provenance d’Arabie saoudite a ouvert le feu dans une salle de classe de la base des forces navales américaines, à Pensacola en Floride, vendredi matin, dans une attaque que le gouvernement saoudien s’est empressé de condamner et que les autorités américaines considèrent comme possiblement terroriste.

Le tireur a fait trois morts avant de tomber à son tour sous les balles d’un policier. 

Il s’agit de la deuxième attaque dans une base militaire de la marine américaine cette semaine.

L’étudiant détenait le grade de sous-lieutenant de l’armée de l’air saoudienne, a confirmé le gouverneur de l’État de la Floride, Ron DeSantis, en conférence de presse.

Un responsable américain sous le couvert de l’anonymat a identifié l’auteur de la fusillade comme Mohammed Saeed Alshamrani. Selon ce même responsable, la police fédérale américaine cherche à déterminer s’il agissait seul ou s’il était lié à un groupe quelconque.

Le gouvernement saoudien a rapidement transmis ses condoléances et s’est engagé à accorder son «plein support» aux autorités américaines dans leur enquête.

«Le ministère des Affaires étrangères affirme que l’auteur de cette attaque horrifiante ne représente pas du tout le peuple saoudien, a-t-on déclaré. Le peuple américain est tenu en très haute estime par le peuple saoudien.»

Le royaume compte sur la collaboration des États-Unis pour la formation de ses militaires. Le commandant de la base de Pensacola, le capitaine Tim Kinsella, n’a pas voulu s’avancer sur la citoyenneté du tireur ou sur les possibles motivations terroristes derrière l’attaque.

Le shérif du comté d’Escambia, David Morgan, a indiqué qu’un total de 12 victimes ont été atteintes par le tireur, dont les deux premiers agents arrivés sur les lieux. L’un a été blessé à un bras et l’autre à un genou et les deux devraient se rétablir. L’un de ces agents a abattu le tireur.

Toute la fusillade s’est déroulée à l’intérieur d’une salle de classe, ont révélé les autorités. Le tireur aurait utilisé une arme de poing, d’après le capitaine Kinsella qui a rappelé que les armes n’étaient pas permises sur la base.

Sur Twitter, le président Donald Trump a transmis ses condoléances aux familles des victimes. Il a déclaré avoir reçu un appel du roi Salmane. Ce dernier lui aurait confié que «le peuple saoudien est profondément en colère par ces gestes barbares commis par le tireur et que cette personne ne représente d’aucune manière les sentiments du peuple saoudien qui aime les Américains».

La base de Pensacola emploie plus de 16 000 militaires et 7400 civils, selon son site web. Elle inclut le National Naval Aviation Museum, une attraction touristique populaire de la région.

Une partie de la base a des allures de campus universitaire, alors que ses pavillons accueillent quelque 60 000 membres des forces navales, de la marine, de l’armée de l’air et de la garde-côtière à des fins de formation en aviation. D’après le commandant Kinsella, quelques centaines d’étudiants proviennent de pays étrangers.

Le commissaire du comté d’Escambia, Jeff Bergosh, qui travaille comme entrepreneur civil à la base, a raconté au Pensacola News Journal qu’il était en ligne pour passer les barrières de l’endroit, vendredi matin, lorsque l’ordre de confinement a été donné en raison de la présence d’un tireur actif.

«Il y a probablement eu environ une centaine de véhicules des forces de l’ordre qui roulaient du mauvais côté du boulevard Navy, a-t-il raconté au journal. Il y a eu des ambulances, des camions de pompiers. J’ai cru comprendre qu’il y a eu plusieurs morts.»

Cette fusillade est la deuxième à toucher une base navale américaine cette semaine. Un marin a ouvert le feu sur trois employés civils de la base de Pearl Harbor à Hawaï, mercredi, tuant deux d’entre eux avant de s’enlever la vie.

Les plus populaires