Un Torontois complète la traversée de la Manche en 15 heures 25 minutes

Un homme de 30 ans de Toronto est devenu le plus récent Canadien à réussir une traversée à la nage en solo de la Manche.

Samuel Bail a parcouru la distance de 32 kilomètres mardi. Il lui aura fallu 15 heures et 25 minutes pour parcourir à la nage le chenal liant l’Angleterre à la France.

Selon le Serpentine Swimming Club, M. Bail est ainsi devenu le 28e Canadien à réussir l’épreuve depuis 1951.

M. Bail raconte avoir décidé de faire ce parcours après que des triathlons et des marathons l’eurent laissé assoiffé de nouveaux défis plus relevés.

Il a passé 18 mois à s’entraîner pour l’épreuve, augmentant son endurance et gagnant au moins 18 livres de graisse pour l’aider à endurer les froides températures des eaux.

Samuel Bail affirme que la traversée de la Manche a été plus gratifiante, pour lui, que tous ses autres succès athlétiques.

«J’étais plus heureux et plus émotif que je ne l’aurais pensé», a-t-il confié en entrevue téléphonique depuis son domicile de Londres, au Royaume-Uni.

«J’ai fait beaucoup d’autres longues épreuves physiques (…) et je ne deviens jamais émotif à la fin, et je ne m’y attendais certainement pas cette fois non plus. Mais ce fut une journée plus difficile que je m’y attendais, et pendant une grande partie de la nage, j’étais certain que je ne terminerais pas.»

M. Bail précise que les conditions étaient idéales à plusieurs égards le jour de son exploit.

Pendant son entraînement, il avait fait un trou dans la glace d’un lac du sud de l’Ontario pour y faire trempette, de sorte que les températures de l’eau de la Manche — entre 16 et 18 degrés Celsius — étaient près de ce à quoi il s’attendait.

Les vents ont été minimaux et les eaux étaient plutôt calmes, mais M. Bail admet qu’il s’est malgré tout senti «tout à fait misérable» pendant les 11 premières heures de l’épreuve.

Il a dû endurer la douleur et la nausée, ce qui a rendu la traversée difficile, sans compter qu’il avait constamment à l’esprit le fait que son exploit était extrêmement dangereux.

Tout juste une semaine plus tôt, le nageur britannique expérimenté Nick Thomas, 45 ans, était mort en tentant la même traversée, le 28 août.

M. Bail a admis qu’il n’avait pas pu ignorer ce décès pendant qu’il nageait.

«D’un point de vue émotionnel, on est un peu secoué par le fait que ce soit si récent. Et que ce soit arrivé à cet homme qui était très en forme est encore plus étrange», a-t-il déclaré, ajoutant qu’il était tout de même réconfortant qu’il n’y ait eu que trois morts dans les cinq dernières années.