Un travailleur fait une chute mortelle du haut d’une éolienne en Gaspésie

Une première tragédie est venue marquer l’histoire de l’énergie éolienne au Québec, mardi, alors qu’un travailleur a fait une chute mortelle d’environ 67 mètres à Murdochville, en Gaspésie.

Le travailleur, un homme dans la trentaine dont l’identité n’a pas encore été rendue publique, faisait des travaux d’entretien sur le dessus de la nacelle lorsque la chute est survenue pour des raisons encore inconnues.

L’accident s’est produit mardi matin dans le parc éolien du mont Copper à Murdochville.

«C’est un peu après 9h15 ce matin que nos policiers ont été appelés pour se rendre sur les lieux», a raconté le sergent Claude Doiron, de la Sûreté du Québec.

Les travaux étaient menés par l’exploitant du parc, l’entreprise NextEra Énergie.

«Un autre travailleur, qui a été témoin de l’incident, a été transporté au CLSC de Murdochville, souffrant d’un violent choc nerveux», a précisé le sergent Doiron.

Une première enquête a été instituée par la Sûreté du Québec, afin d’écarter tout élément suspect ou criminel, et la suite sera confiée aux inspecteurs de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST), qui ont été dépêchés sur les lieux.

Selon Maxime Boucher, porte-parole de la Commission, tout indique qu’il s’agit là d’une triste première.

«Si la thèse de l’accident de travail se confirme, ce serait le premier accident grave ou mortel à survenir sur un parc éolien en opération», a-t-il indiqué en entrevue avec La Presse canadienne.

M. Boucher souligne qu’il s’agit pourtant là d’un environnement de travail extrêmement dangereux.

«Il y a beaucoup de risques sur un parc éolien: les risques de chute en hauteur, mais aussi tous les risques de contrainte thermique par le vent, les risques liés au réseau électrique, les risques au niveau des engrenages des machines», a-t-il énuméré.

Selon lui, la rareté d’accidents graves démontre bien que l’industrie a des pratiques responsables.

«Selon nos observations sur le terrain, c’est un secteur d’activité qui se prend très bien en main en termes de santé et sécurité du travail», a-t-il dit.