Un vaccin potentiel contre le coronavirus sera fabriqué à Montréal

MONTRÉAL — Une collaboration entre le Conseil national de recherches du Canada (CNRC) et la firme chinoise CanSino Biologics permettra la fabrication et le développement clinique, au Canada, d’un candidat vaccin contre la COVID-19.

Les travaux auront lieu dans les installations du CNRC à Montréal.

«C’est certainement un des candidats les plus prometteurs à ce point-ci, alors c’est intéressant qu’on puisse peut-être l’évaluer ici, au Canada», a dit Rhonda Kuo Lee, qui est gestionnaire de projets au Centre de recherche en thérapeutique en santé humaine du CNRC.

Le vaccin Ad5-nCoV a été approuvé par les autorités règlementaires chinoises plus tôt cette année et des essais cliniques de phase 2 ont déjà été lancés dans ce pays.

CanSino a entamé auprès de Santé Canada les démarches nécessaires afin de procéder à des essais cliniques au Canada.

Le vaccin utilise un adénovirus pour introduire dans l’organisme des protéines de spicule du coronavirus et provoquer une réaction immunitaire.

«C’est un adénovirus qui, même s’il est vivant, ne peut pas se répliquer lui-même, a dit Mme Lee. Pour se répliquer il faut utiliser les cellules HEK293, et ce sont ces cellules-là qui appartiennent au CNRC. On va aussi utiliser ces cellules-là pour cultiver le vaccin lui-même.»

Une centaine de vaccins contre le SRAS-CoV-2 sont en développement à travers le monde, mais seulement huit auraient atteint l’étape des essais cliniques. Le vaccin Ad5-nCoV aurait une longueur d’avance sur les autres.

«Il y a plusieurs vaccins candidats, mais on a toujours l’espoir qu’on puisse voir des résultats positifs, a commenté l’administrateur en chef adjoint de la santé publique du Canada, le docteur Howard Njoo.

«Ce sont vraiment de bonnes nouvelles pour le Canada, mais aussi pour la recherche pour trouver un vaccin partout dans le monde.»

Les essais cliniques pourraient commencer au Canada d’ici quelques semaines. Si tout va bien, le vaccin pourrait être disponible commercialement d’ici douze ou quinze mois.

Le CNRC et CanSinoBIO collaborent depuis 2013. Le CNRC a accordé à CanSinoBIO une licence d’utilisation de sa lignée cellulaire HEK293. Le nouveau candidat vaccin contre la COVID-19 est produit à l’aide de cette lignée cellulaire.

Les plus populaires