Une annonce prévue jeudi matin à Kahnawake concernant le blocus ferroviaire

Les Mohawks de Kahnawake feront une annonce, jeudi matin, concernant le blocus ferroviaire qui se poursuit sur leur territoire, a indiqué à La Presse canadienne la secrétaire du Mohawk Nation Office, Lynne Norton.

Mercredi, le Canadien Pacifique (CP) a pu inspecter la voie ferrée à Kahnawake où des manifestants maintiennent une barricade depuis le 8 février dernier. En soirée, Mme Norton a indiqué que les employés du CP avaient quitté les lieux, mais que la barricade demeurait en place.

Au cours de leur visite, les inspecteurs du CP ont partiellement dégagé la voie en retirant notamment des débris.

Les Mohawks n’ont toujours pas autorisé la reprise du service ferroviaire et aucune réunion à ce sujet n’aurait eu lieu mercredi. Aucune rencontre n’est également prévue jeudi, selon ce qu’a indiqué Lynne Norton.

Dans un très bref communiqué transmis en début d’après-midi, le conseil de bande indiquait que les manifestants ont donné la permission au Canadien Pacifique d’inspecter la voie ferrée.

Le communiqué précisait que les Peacekeepers et d’autres membres de la communauté superviseraient l’inspection.

Aucune autre information n’a été transmise quant à une éventuelle levée de la barricade.

Celle-ci prive les usagers de la ligne exo4, entre Montréal et Candiac, de service de train de banlieue depuis trois semaines et demie. De même, le Canadien Pacifique ne peut transporter de marchandises sur ce tronçon.

En début de soirée, exo a indiqué à La Presse n’avoir reçu aucune indication de la part du CP à l’effet que ses trains seront autorisés à circuler à nouveau dans les prochaines heures.

Le CP a réclamé et obtenu une injonction ordonnant de retirer la barricade, mais celle-ci est demeurée lettre morte jusqu’ici. Le gouvernement Legault a fait part de sa réticence à faire intervenir la Sûreté du Québec sur le territoire, invoquant la présence d’armes militaires sur la réserve mohawk.

Le transporteur ferroviaire n’a pas répondu à la demande d’information de La Presse canadienne.

Une autre barricade demeure en place au Québec, soit à Listuguj, en Gaspésie, où la Société du chemin de fer de la Gaspésie est paralysée, avec plus de 150 wagons en attente d’un droit de passage.