Une autre Autochtone dit avoir subi une stérilisation forcée en Saskatchewan

OTTAWA — Les autorités de la santé en Saskatchewan enquêtent sur une nouvelle plainte formulée par une Autochtone qui affirme avoir été contrainte à la stérilisation après avoir accouché, il y a moins de quatre mois.

L’avocate de la femme a témoigné mercredi devant le Comité sénatorial permanent des droits de la personne, à Ottawa.

Me Alisa Lombard a raconté que sa cliente, âgée de 30 ans, avait subi une césarienne pour donner naissance à son troisième enfant à l’hôpital de Moose Jaw, en décembre. Elle a ajouté que sa cliente voulait avoir plus d’enfants et n’avait jamais parlé de subir une ligature des trompes avant que son médecin ne lui fasse signer un formulaire de consentement alors qu’elle était sur la table d’opération.

L’avocate a expliqué que sa cliente avait signé parce qu’elle pensait que c’était la chose à faire.

La Saskatoon Health Authority avait présenté des excuses en 2017 après que des femmes autochtones eurent révélé qu’elles avaient subi une stérilisation forcée.

Une demande d’action collective avait été déposée à l’époque. Le cabinet d’avocats qui pilotait le dossier avait alors affirmé qu’une centaine de femmes l’avaient contacté pour dénoncer la stérilisation forcée qu’elles disent avoir subie.

Les plus populaires